Un village trouve sur internet de quoi reconstruire son école

logo AFP

Le village de Yèbles (Seine-et-Marne), qui n’avait pas les moyens de construire une nouvelle école, est parvenu à récolter les 40.000 euros qui lui manquaient grâce à une campagne de financement participatif, présentée comme une première en France.

La collecte de dons, qui doit se terminer à minuit dans la nuit de samedi à dimanche, avait déjà permis de récolter 43.590 euros vendredi vers 14H00, au-delà de l’objectif fixé il y a trois mois par la mairie de cette commune de 604 habitants au sud-est de Paris.

Ces fonds vont s’ajouter aux 300.000 euros que devrait apporter l’État, et aux 240.000 euros de la région et du département, a précisé à l’AFP la maire de Yèbles, Marième Tamata-Varin.

« L’école, c’est le seul poumon du village… Plus d’école, plus de vie ! », a souligné Mme Tamata-Varin, qui se réjouit du succès de la campagne qu’elle a lancée.

Avec cet argent, la commune va pouvoir reconstruire son école installée depuis 30 ans dans des préfabriqués, qu’elle considère comme dangereux et vétustes. Au total, 125 élèves sont scolarisés à Yèbles, répartis dans cinq classes, deux de maternelle et trois de primaire.

La mairie continue toutefois de chercher d’autres sources de financement car elle estime devoir apporter encore 250.000 euros pour mener ces travaux.

Le financement participatif, qui concernait au départ surtout des projets artistiques (musique, cinéma…) consiste à faire appel aux dons ou aux prêts de centaines ou de milliers d’internautes pour financer des projets d’entreprise ou caritatifs, en échange d’une récompense.

« Le don qui m’a le plus bouleversée, c’est un monsieur au RSA, qui habite à Nantes et que je ne connais pas, et qui a dit qu’il ne pouvait pas rester insensible à notre appel », a raconté Mme Tamata-Varin.

A Yèbles, les particuliers qui ont donné 20 euros seront cités sur la page Facebook de la ville et ceux qui ont offert 100 euros pourront assister à l’inauguration de l’école.

Sept particuliers ont fait le don maximal prévu, de 1.500 euros, qui ouvre le droit de voir son nom gravé dans le préau de la future école, a précisé Marième Tamata-Varin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous