L’interdiction du voile à l’université « absolument pas d’actualité » (Valls)

logo AFP

L’interdiction du voile à l’université n’est « absolument pas d’actualité », a tranché vendredi le Premier ministre Manuel Valls, alors que sa secrétaire d’Etat Pascale Boistard s’y est dite favorable cette semaine.

Interrogé sur ce sujet lors d’une conférence de presse à Matignon à la suite d’une rencontre avec le Premier ministre québécois Philippe Couillard, Manuel Valls a fermé la porte: « Ce n’est absolument pas d’actualité », a-t-il répondu.

La Conférence des présidents d’université (CPU), s’est félicitée dans un communiqué « de la position ferme et sans équivoque » du Premier ministre.

« La loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 est une loi de liberté. L’Université, lieu d’accueil de tous les publics, de production et diffusion des savoirs, et de circulation des talents ne saurait aller à l’encontre de cette ouverture fondamentale qu’est le principe de laïcité », indique la CPU.

Lundi, invitée de l’émission le Talk du Figaro, Pascale Boistard avait expliqué n’être « pas favorable » au port du voile dans l’enseignement supérieur, sans pour autant évoquer une évolution de la loi.

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, avait déjà estimé jeudi qu’il n’était pas nécessaire de « relancer » le débat sur le port du voile dans l’enseignement supérieur.

Il y a deux semaines, Eric Ciotti (UMP) avait déposé une proposition de loi pour étendre à l’enseignement supérieur l’interdiction du port du voile en vigueur dans les écoles, collèges et lycées publics.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous