Le diocèse de Lyon et Mérieux créent une école à Erbil pour les réfugiés chrétiens

logo AFP

La Fondation Saint-Irénée du diocèse de Lyon et la Fondation Mérieux des laboratoires pharmaceutiques ont annoncé jeudi soir la création d’une école à Erbil, dans le Kurdistan irakien, pour accueillir les enfants des réfugiés chrétiens d’Orient ayant fui les exactions du groupe Etat Islamique.

« Dans le camp que nous avons visité en décembre dernier à Erbil, nous avons été frappés par la présence d’enfants désoeuvrés, qui ne faisaient rien de toute la journée. Il fallait faire quelque chose », a déclaré à l’AFP Etienne Piquet-Gauthier, le directeur de la Fondation Saint-Irénée, en charge de projets touchant à la solidarité, l’éducation ou la culture pour le diocèse lyonnais.

« Par ailleurs, la langue kurde est parlée dans les écoles d’Erbil alors que les réfugiés, qui sont originaires de Mossoul ou de Qaraqosh, parlent arabe », a ajouté le responsable de l’institution qui cofinance le projet avec les Fondations Mérieux et Raoul-Follereau.

L’école Saint-Irénée (du nom du deuxième évêque de Lyon) sera inaugurée le 28 juin prochain et accueillera quotidiennement 900 élèves du primaire et du secondaire dans 18 salles en alternance: le matin pour les petits et l’après-midi pour les plus âgés.

D’un coût global de 400.000 euros, le projet se réalisera sur un terrain « mis à disposition gratuitement par Mgr Petros Mouché, archevêque syriaque catholique de Mossoul (Irak) en résidence à Erbil », précise dans un communiqué la Fondation Saint-Irénée.

Cité dans le document, l’industriel lyonnais Alain Mérieux estime pour sa part que « cette école est une réponse au désarroi des familles face à l’avenir incertain de leur pays et de leurs enfants ».

L’établissement se situera à 800 mètres du camp d’Al Amal, dont l’immeuble a été rénové notamment par les fondations lyonnaises, et les cours seront assurés par des professeurs choisis dans les rangs des réfugiés. Ils seront payés par le gouvernement irakien qui fournira également tout le matériel pédagogique.

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, s’était rendu à Erbil du 5 au 7 décembre derniers pour célébrer la fête catholique de l’Immaculée Conception devant plusieurs milliers de réfugiés.

Il s’y était déjà rendu en juillet après le jumelage des deux diocèses de Lyon et Mossoul, deuxième ville d’Irak tombée en juin aux mains des jihadistes du groupe État islamique, d’où ont fui de très nombreux chrétiens.

Avant l’invasion américaine de 2003, l’Irak comptait plus d’un million de chrétiens. Ils n’étaient plus qu’environ 400.000 fin juillet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous