Honduras : une expédition découvre peut-être une mythique cité perdue

Des archéologues américains et honduriens ont découvert les ruines de deux cités jumelles, construites par une civilisation précolombienne différente des mayas. Il pourrait s'agir de la mythique "Ciudad Blanca", dont parlait le conquistador Hernán Cortés au XVIe siècle.

mayan architecture and copan ruins in Honduras © ftlaudgirl - Fotolia

mayan architecture and copan ruins in Honduras © ftlaudgirl – Fotolia

Il pourrait s’agir de l’une des plus importantes découvertes archéologiques du début du XXIe siècle. Des archéologues américains et honduriens ont ainsi mis au jour les vestiges d’une civilisation précolombienne, au coeur de la dense forêt de la Mosquitia. S’agirait-il de la mythique “Cité Blanche” (Ciudad Blanca), aussi appelée  “Cité du Dieu Singe” ? Les scientifiques restent prudents, mais ne minimisent pas le caractère exceptionnel de cette mise au jour.

Le mythe de la « Cité Blanche »

Selon les légendes locales, la “Cité Blanche”, située dans la forêt tropicale du nord-est du Honduras, était un lieu de refuge pour les amérindiens lors des invasions espagnoles – dont personne ne revenait. Ce mythe ne date pas d’hier. Déjà, au XVIe siècle, le conquistador Hernán Cortés évoquait cette cité perdue, dans une lettre écrite pour le roi d’Espagne, selon La Prensa.

En 1940, un explorateur américain, Theodore Morde, rentre d’une expédition de 5 mois dans la jungle : il mentionne, dans ses écrits, l’existence d’une “cité perdue”, avec la statue d’un dieu singe au centre, dont des indigènes lui auraient parlé. Mais l’aventurier refuse de révéler la localisation du site, pour éviter tout pillage. Retrouvé mort peu de temps après (l’autopsie conclut à un suicide), il emporte son secret dans la tombe.

Une découverte « high tech »

Honduras Jungle © virsuziglis - Fotolia

Honduras Jungle © virsuziglis – Fotolia

Au cours du 20e siècle, des dizaines d’expéditions, infructueuses, ont ensuite été menées dans la vallée de la Mosquitia, pour retrouver cette fameuse “Cité du Dieu Singe”. En 2012, des chercheurs américains, passionnés par cette légende, survolent la vallée en avion, équipés d’un scanner. Ils “sondent” la jungle, réalisant une carte 3D de la forêt. Et contre toute attente, ce document permet aux scientifiques de repérer la présence de ruines, correspondant vraisemblablement à deux cités perdues.

En février 2015, ces mêmes chercheurs, rejoints par des anthropologues et des archéologues de l’Institut hondurien d’anthropologie et d’histoire (IHAH), organisent une expédition, raconte National Geographic. Ils mettent à jour une pyramide de terre, des sculptures et des monticules. Ils découvrent aussi des murs d’enceinte et un système d’irrigation. Parmi les 52 statues retrouvées, figure une tête de jaguar. Selon les scientifiques, les objets retrouvés datent de 1000 à 1400 après JC. Et l’aspect “inviolé” du site est “extrêmement rare”.

Préserver le site archéologique

Le gouvernement, qui désire “préserver le site”, conserve jalousement les coordonnées de la cité retrouvée. En 2012, déjà, le président du Honduras, Porfirio Lobo Sosa, avait annoncé que “toute coordonnée en relation avec la Cité Blanche” relevait du secret d’Etat.

Problème : le site est menacé par la déforestation, et l’argent manque pour protéger le site. “Nous avons d’urgence besoin d’une aide internationale”, lance Virgilio Pardes Trapero, directeur de l’IHAH, au National Geographic. Selon le scientifique, le site engloberait deux cités jumelles, “très peuplées”, construites par une civilisation précolombienne différente des mayas.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous