Consultés, les enseignants soulignent leur « large adhésion » à l’enseignement moral et civique

La consultation du ministère de l’Education Nationale sur les projets de programmes d’enseignement moral et civique, qui s'est déroulée en janvier 2015, souligne la "large adhésion" des enseignants à l'EMC, mais aussi leurs "doutes" et "inquiétudes".

Hopscotch street game © laciatek - Fotolia

Hopscotch street game © laciatek – Fotolia

Lancée le 5 janvier, deux jours avant l’attentat contre Charlie Hebdo, la consultation du ministère de l’Education Nationale sur les projets de programmes d’enseignement moral et civique (EMC), avait pour but de “recueillir les réactions et les suggestions de la communauté pédagogique et éducative”.

“Ces projets visent une appropriation libre et éclairée des principes qui fondent la République et la démocratie. Ce nouvel enseignement a pour objectif la transmission d’un socle de valeurs communes : la dignité, la liberté, l’égalité entre les femmes et les hommes, la solidarité, la laïcité … Il est aussi fondé sur une école bienveillante et exigeante qui favorise l’estime de soi, le développement du sens moral et de l’esprit critique”, écrit le ministère sur Eduscol.

Disponible sur ce portail, la synthèse de la consultation, élaborée par la DGESCO (direction générale de l’enseignement scolaire) et transmise au Conseil supérieur des programmes, met en évidence “une réelle adhésion des enseignants au principe, à l’esprit et aux ambitions du projet d’enseignement moral et civique”.

Des programmes autour des normes et des valeurs de la République

école de la République

Ecole de la République © NANCY – Fotolia.com

Pour rappel, le projet de programmes d’enseignement moral et civique pour les cycles 2, 3 et 4  prévoit de mettre l’accent sur la transmission des valeurs et des normes de la Constitution et de la Déclaration des droits de l’homme, à travers quatre “cultures” : la sensibilité (soi et les autres), la règle et le droit (“des principes pour vivre avec les autres”), le jugement (“penser par soi-même et avec les autres”) et l’engagement (“agir individuellement et collectivement”).

De son côté, le projet de programme d’EMC pour le lycée propose une progression pédagogique offrant à chaque niveau une logique directrice : “la personne et l’Etat de droit” et “égalité et discrimination” en classe de seconde ; “exercer sa citoyenneté dans la République française et l’Union européenne” et “les enjeux moraux et civiques de la société de l’information” en première ; “pluralisme des croyances et laïcité” et “biologie, éthique, société et environnement” en terminale.

Au lycée, quatre types de compétences sont évalués : “identifier les valeurs éthiques et les principes civiques en jeu”, “mobiliser les connaissances exigibles”, “développer l’expression personnelle, l’argumentation et le sens critique”, et “s’impliquer dans le travail en équipe.”

Une “large adhésion” des enseignants à l’EMC

Lors de la consultation, qui s’est déroulée du 5 au 30 janvier dans les différentes académies de France, les personnels d’enseignement et d’éducation ont souligné leur “large adhésion” à l’existence et au fondement de “ce nouvel enseignement, qui réaffirme les valeurs républicaines et humanistes, et conforte une mission essentielle de l’École à cet égard.”

Pour les enseignants, “le projet d’EMC apparaît clair, lisible et structuré”. La dimension transversale des projets de programmes est selon eux “propice à la démarche de projet”, quand ils considèrent que les modalités de mise en oeuvre préconisées “favorisent leur liberté pédagogique”. Selon le ministère, “l’enseignement moral et civique constitue une opportunité pour faire évoluer les pratiques pédagogiques et éducatives.”

“Des interrogations, des doutes et des inquiétudes”

Laïcité © momius - Fotolia

Laïcité © momius – Fotolia

La consultation nationale a néanmoins “fait émerger des interrogations, des doutes et des inquiétudes”. Selon la synthèse écrite par la DGESCO, pour les enseignants, “la laïcité est insuffisamment prise en compte dans les projets de programmes, à la fois comme principe organisateur et comme objet d’enseignement.” Pour eux, certains concepts clés du projet” sont par ailleurs “insuffisamment définis et appellent une explicitation”, notamment les termes “morale”, “valeur” et “culture commune”.

L’évaluation apparaît comme “la grande absente des programmes”, ce qui constitue, considèrent les professeurs consultés, “un obstacle à l’appropriation et à la mise en oeuvre du projet”. Certaines compétences, notamment celles qui relèvent de la “culture de la sensibilité”, apparaissent “difficilement évaluables”.

Pour les enseignants, “l’ambition” du programme d’EMC ne serait “pas toujours réaliste”. Ainsi, à l’école comme au collège, les professeurs estiment que “l’ambition du projet est excessive compte tenu du niveau de maturité des élèves et des capacités d’abstraction que les objets d’enseignement supposent”, et au lycée, “le projet de programme ne tient pas suffisamment compte de la spécificité de l’enseignement professionnel et apparaît inadapté pour les classes préparant au certificat d’aptitude professionnelle (CAP).”

“Les projets de programmes mobilisent aussi des démarches pédagogiques et didactiques complexes qui interrogent les gestes professionnels des enseignants”, peut-on encore lire dans la synthèse de la consultation. Enfin, concernant la “transversalité” du projet de programme, celle-ci doit être, pensent les enseignants, “clarifiée par des repères disciplinaires permettant de préciser la contribution des disciplines à l’EMC et d’ancrer son déploiement dans les autres enseignements ou domaines d’enseignement.”

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous