Jouer modérément aux jeux vidéos peut rendre meilleur à l’école (étude)

logo AFP

Jouer « modérément » aux jeux vidéos peut être utile pour décrocher de meilleurs résultats à l’école, notamment pour les mathématiques, selon une étude de l’OCDE réalisée dans 65 pays et territoires, et publiée jeudi.

« Un usage modéré des jeux vidéos » peut être utile notamment pour acquérir des « compétences spatiales, d’orientation géographique, de lecture de carte et aider les élèves à obtenir de meilleurs résultats pour la résolution des problèmes » en maths, a souligné Francesco Avvisati, analyste à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), lors d’une conférence de presse.

Mais pour qu’ils soient réellement utiles, les adolescents doivent jouer seuls et non en réseau, souligne l’étude.

Pour Francesco Avvisati, les jeunes filles gagneraient à jouer davantage aux jeux vidéos pour gagner « en confiance » et « accepter les erreurs ».

L’analyste souligne qu’au contraire, les garçons lorsqu’ils jouent trop aux jeux vidéos sont « plus susceptibles » d' »arriver en retard à l’école » ou de « sauter des jours d’école ».

Ce document a été réalisé à partir des données collectées pour l’étude Pisa 2012, qui questionnait plus de 510.000 jeunes âgés de 15 ans dans les pays membres de l’organisation ou volontaires pour l’étude.

Le volet présenté jeudi relève entre autres que les garçons sont « plus susceptibles » de décrocher et les filles ont moins tendance à faire des études scientifiques, mettant en cause non pas des « différences d’aptitude innées », autrement dit la génétique, mais des stéréotypes bien ancrés et véhiculés par la famille, les enseignants et la société.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous