Journée d’action du 9 avril: un 4e syndicat, la FSU, se joint au mouvement

logo AFP

La FSU, première fédération de l’Education, a décidé de s’associer à la journée d’action du 9 avril contre l’austérité, devenant ainsi la quatrième organisation à appeler au mouvement après la CGT, FO et Solidaires, a indiqué mercredi sa numéro un, Bernadette Groison.

« Nous avons décidé au bureau national d’appeler à participer au 9 avril », a déclaré Mme Groison lors d’une rencontre avec quelques journalistes.

L’organisation avait participé à la réunion intersyndicale du 17 février au cours de laquelle les trois autres syndicats avaient annoncé ce mouvement, mais avait réservé sa décision.

« Nous avons pris le temps de la consultation parce qu’on connaît aujourd’hui les difficultés de mobilisation dans le pays », a expliqué Mme Groison, soulignant que la FSU « évidemment ne s’inscrit pas dans les politiques d’austérité ».

Elle a admis qu’organiser une telle journée d’action était risqué peu après les élections départementales, où le Front national risque de faire un score élevé, un échec pouvant donner l’idée que les réponses à apporter ne doivent pas l’être sur le terrain social. Mais, a-t-elle dit, « tous ceux qui essayeront de nous dire que le 9, on ferait le jeu du FN, je leur dis: en se taisant, ce qu’on a fait quand même depuis quelque mois, ça n’a pas empêché la montée du FN ».

« Lorsque les salariés sont en grande difficulté, ce n’est pas si simple de mobiliser », mais « un mouvement syndical qui se tait dans cette période pourrait laisser à penser qu’on pense nous aussi qu’il n’y a pas d’autres alternatives », a-t-elle dit.

« Or, on pense qu’il y a des perspectives meilleures pour les salariés possibles et qu’avec des politiques alternatives, on peut créer des emplois, on peut redonner de la largesse au pouvoir d’achat », a assuré Mme Groison.

La mobilisation d’avril devrait se traduire par une journée de grève nationale et des manifestations.

L’intersyndicale de mi-février avait été proposée par le numéro un de FO Jean-Claude Mailly. Les centrales réformistes CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa, avaient décliné l’invitation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous