Rossignol: convaincre les parents de renoncer aux fessées ne passe pas par la loi

logo AFP

La secrétaire d’Etat à la Famille, Laurence Rossignol, s’est déclarée lundi « favorable à une éducation sans violence » mais a estimé que convaincre les parents d’abandonner les punitions corporelles ne passait pas par la loi.

Le Conseil de l’Europe doit se prononcer mercredi sur une réclamation d’une ONG britannique reprochant à la loi française de ne pas interdire totalement les châtiments corporels envers les enfants.

Cette décision va reprocher au droit français de ne pas prévoir « d’interdiction suffisamment claire, contraignante et précise », selon le site internet du journal Le Monde.

« On n’a pas besoin de loi » sur le sujet, « en revanche on a besoin d’une réflexion collective sur la question de l’utilité des punitions corporelles dans l’éducation des enfants », a réagi Mme Rossignol, interrogée par l’AFP.

« Je suis favorable à la promotion d’une éducation sans violence », a-t-elle ajouté. « Il faut faire prendre conscience aux parents qu’une punition corporelle n’est pas anodine », et « qu’on peut élever ses enfants, leur donner un cadre, sans y recourir ».

Mais « les évolutions de la société, ses prises de conscience ne se règlent pas à coup de code pénal », a-t-elle estimé. « Ca ne passera pas par la loi. Je n’ai pas envie de couper le pays en deux camps, ceux qui sont pour la fessée et ceux qui sont contre ».

« Pour les parents maltraitants, on a un code pénal qui est là. Pour ceux qui se sont à un moment laissés aller à une punition corporelle, il faut les aider à faire autrement et pas les disqualifier en leur disant: +le juge va venir s’occuper de ça+ ».

La secrétaire d’Etat a estimé « possible qu’en donnant la parole à des gens qui ont une expertise et vont être écoutés, on fasse la promotion tous ensemble d’une éducation sans punition corporelle ». C’est selon elle « un travail de conviction et d’évolution collective de la société ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous