Sarkozy salue « la rencontre du public et du privé », à l’hôpital Necker

logo AFP

Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, a salué « la rencontre du public et du privé, de l’université et de l’hôpital », jeudi en visitant l’Institut Imagine, né en 2014 et spécialisé dans la recherche génétique, à l’hôpital Necker à Paris.

Alors que samedi marquera la Journée internationale des maladies rares, l’ex-chef de l’Etat s’est rendu dans cet institut, l’un des six Instituts hospitaliers universitaires (IHU) créés grâce aux fonds du « grand emprunt » (transformé aujourd’hui en « investissements d’avenir »), réalisé lors de son quinquennat, en 2010.

Baptisé Imagine (Institut des maladies génétiques), l’IHU de l’hôpital des enfants malades de Necker, à l’architecture moderne et sobre signée Jean Nouvel, réunit sous le même toit chercheurs (français et étrangers), universitaires, médecins et jeunes malades.

« Ici, on travaille avec les maladies rares, il y en a 9.000 et 3 millions de Français sont touchés. Une seule personne peut être touchée par une des maladies, donc parfois, il n’y a pas de marché pour amortir les coûts de la recherche », a fait remarquer M. Sarkozy.

Selon lui, « ce qu’il y a de mieux dans le système français », c’est « la rencontre du public et du privé, de l’université et de l’hôpital. Je crois à l’excellence, à la souplesse de l’organisation, à la vitalité de la recherche française », a-t-il dit, après avoir visité les laboratoires et discuté pendant plus d’une heure avec chercheurs et médecins hospitaliers.

65 millions d’euros du « grand emprunt » (en tout, 35 milliards programmés par le gouvernement Fillon, auxquels s’ajoutent 12 milliards du gouvernement Ayrault) ont été consacrés à la réalisation d’Imagine.

850 chercheurs, médecins, techniciens et professionnels de santé y travaillent sur les maladies rares, dites aussi maladies orphelines.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous