Mayotte: suspension de la grève des enseignants pour l’indexation des salaires

logo AFP

La suspension de la grève des enseignants du premier degré à Mayotte a été décidée jeudi soir par le syndicat SNUipp-FSU après avoir reçu l’assurance de l’implication des parlementaires mahorais dans la relance de négociation sur l’indexation de leurs salaires.

« Le député Ibrahim Aboubacar (PS) s’est engagé à demander au gouvernement un calendrier de travail. Il nous a aussi affirmé que le dossier de l’alignement du montant des allocations familiales sur celui de la métropole est bien avancé puisqu’il ne reste que l’arbitrage du Premier ministre », a rapporté à l’AFP Rivomalala Rakotondravelo dit Rivo, secrétaire départemental du SNUipp-FSU.

« Nous avons rappelé aux parlementaires que les syndicats exigeaient le taux d’indexation des salaires à 53% appliqué dans le département voisin de la Réunion où le coût de la vie est moins cher qu’ici à Mayotte », a ajouté Rivo.

Pour lui, « les lignes ont bougé puisque la préfecture a annoncé une réunion début mars avec les ministères de la fonction publique et de l’outre mer pour l’indexation des salaires, les conséquences des intégrations dans la fonction publique et l’attractivité du territoire ».

« Nous tenons beaucoup à une autre revendication concernant la prise en compte de l’ancienneté générale de service des ex-enseignants à l’époque du statut de collectivité de Mayotte. A chaque intégration dans la fonction publique de droit commun, beaucoup d’entre eux ayant 30 ans de service ont été classés à l’échelon des débutants », a souligné le syndicaliste.

Le SNUipp-FSU a prévenu qu’en l’absence d’une suite positive à toutes ces revendications, la grève serait reconduite quelques jours après les vacances scolaires de mars.

Le SNUipp estimait mardi, premier jour de mobilisation, la participation à 45% de grévistes. De son côté, le vice-rectorat en avait comptabilisé 30 % le matin et 17% l’après-midi. Jeudi, 7% des enseignants étaient grévistes le matin et 3% l’après-midi, selon les autorités. Quand un enseignant est absent, les élèves sont répartis dans les autres classes pour être pris en charge.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous