École et handicap : 20 000 enfants « demeurent exclus de la scolarisation »

Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe déplore le fait que la scolarisation des enfants handicapés reste insuffisante en France. Les raisons : un manque de personnels d’accompagnement, et une formation des enseignants insuffisante.

Disabled pupil writing at desk in classroom © WavebreakmediaMicro - Fotolia

Disabled pupil writing at desk in classroom © WavebreakmediaMicro – Fotolia

Tout en « saluant » les mesures adoptées par l’Education Nationale pour favoriser la scolarisation en milieu ordinaire des enfants handicapés, Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, déplore dans un rapport publié la semaine dernière, le fait « qu’environ 20 000 de ces enfants demeurent sans solution de scolarisation ».

Au cours d’une visite en France en septembre 2014, le Commissaire a pu constater que « les enfants autistes, dont les autorités prônent pourtant l’insertion en milieu scolaire ordinaire, sont particulièrement concernés par la non-scolarisation ».

Un nombre d’AESH et une formation des enseignants insuffisants

Dans son rapport, Nils Muižnieks explique que la Charte sociale européenne (2005) prévoit que « tout enfant en situation de handicap puisse bénéficier d’une scolarisation en milieu ordinaire et à un parcours scolaire continu et adapté ».

Le Commissaire aux droits de l’homme constate que depuis 2006, ce texte « a permis d’augmenter d’un tiers le nombre d’enfants handicapés scolarisés en milieu ordinaire », avec 11% d’élèves en situation de handicap scolarisés en plus par an (soit 26 347 en 2014-2015).

« Ces résultats sont « encourageants, mais ils doivent être nuancés, car 20 000 enfants handicapés se trouveraient sans solution de scolarisation », peut-on lire dans le rapport. Mais au delà de ce « nombre  significatif d’enfants demeurant exclus de la scolarisation », Nils Muižnieks s’inquiète d’une « qualité de la scolarisation en milieu ordinaire » laissant à désirer.

« 37 % des enfants handicapés scolarisés le seraient seulement à temps partiel et 65 % d’entre eux n’auraient pas accès aux activités périscolaires. Le manque de personnels d’accompagnement et d’encadrement en serait la raison principale », écrit le Commissaire. Il décrit une « formation insuffisante des enseignants au handicap », et un « trop faible nombre d’assistants de vie scolaire ». (1)

Des mesures destinées à améliorer la situation

Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD) alphabet blocks © Lori Werhane - Fotolia

Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD) alphabet blocks © Lori Werhane – Fotolia

Réagissant à ce rapport, le gouvernement rappelle l’existence de mesures, prises à la rentrée 2014, pour « favoriser la scolarisation » des enfants en situation de handicap, comme l’ouverture de 30 unités d’enseignement pour enfants autistes en maternelle, et la réforme du statut des auxiliaires de vie scolaire, qui devrait permettre de créer plusieurs centaines de nouveaux postes, et de « pérenniser », en 2015, quelque 5000 postes.

« A cela s’ajoute d’importants moyens humains pour mettre en oeuvre la politique d’accueil de tous les élèves : en octobre 2014, environ 41 000 personnes en contrats aidés exerçant des fonctions d’accompagnement ont été recrutées », écrit le gouvernement dans ses observations.

Concernant la formation des professeurs au handicap, « les nouvelles écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) dispenseront des formations portant sur la scolarisation des élèves handicapés, et des ressources numériques permettant de répondre aux besoins spécifiques des élèves sont désormais à la disposition des enseignants », indique le gouvernement.

En outre, dans le cadre de la loi d’orientation pour la refondation de l’École (2013), le gouvernement a pour objectif de créer, d’ici à 2017, quelque 60 000 postes d’enseignant et de personnels éducatifs. « Sur ce total, 21 000 sont des postes d’enseignant titulaire des premier et second degrés, dont les deux tiers iront à l’école primaire, conformément aux engagements d’accorder la priorité au premier degré alors même que s’y joue en grande partie le destin scolaire des élèves, dont les élèves handicapés », peut-on lire dans le document édité par Matignon.

Le gouvernement rappelle enfin qu’un véritable « plan de formation » des personnels de l’Education nationale a été mis en place, en collaboration avec les établissements médico-sociaux.

Note(s) :
  • (1) Le rapport a été rédigé avant la réforme de leur statut, et la création du métier d'AESH, ou Accompagnant des élèves en situation de handicap.

1 commentaire sur "École et handicap : 20 000 enfants « demeurent exclus de la scolarisation »"

  1. chris  25 février 2015 à 20 h 38 min

    Certes quelques enfants sont scolarisés en milieu ordinaire…. mais que fait on des enfants par exemple autiste dont le comportement ne peut convenir dans un milieu ordinaire??? Une orientation en IME, oui mais faudrait il encore y avoir de la place!!!! Pourquoi pas assez de place?.? Parce qu’aucune structure n’est possible ou encore une fois par manque de place n’est proposée à nos jeunes adultes handicapés!!!
    je suis travailleur social et confrontée à cette problématique depuis maintenant 6 ans… l’enfant a eu 9 ans et n’est pas scolarisé car le cursus ordinaire n’est pas adapté et aucune place dans les IME même avec un internat a plus de 2h du domicile familial…. il est accueilli exceptionnellement en hôpital de jour mais sa fréquentation ne se limite qu’à 1/2 journée par semaine et sa prise en charge ne va pas être reconduite. ……Alors que la fréquentation des ateliers auprès de professionnels compétents lui ont permis d’acquérir un minimum de langage (auparavant il ne poussait que des cris…..)
    Nous sommes impuissants face à cette situation et les parents sont désarmés face à leur fils….

    Quelles solutions adéquates peut on apporter à ce jeune et à sa famille?? Avant toute mise en danger du jeune qui nécessiterait un placement?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous