Création à Nantes d’un institut du pluralisme religieux et de l’athéisme

logo AFP

Un Institut du pluralisme religieux et de l’athéisme (IPRA), spécialisé dans l’étude comparée des religions, ouvrira à Nantes fin 2015 dans un cadre universitaire, ont annoncé lundi ses promoteurs.

Hébergé à la Maison des sciences de l’homme, cet institut, qui devrait être accessible sur internet dès septembre, aura une double fonction: produire des connaissances nouvelles dans le domaine universitaire sur le fait religieux mais aussi des modules de formation en lien avec le fait religieux à destination des élus, des membres d’associations, des travailleurs sociaux…

« Nous avons des éléments d’expertise (…), il s’agit d’aborder ce fait religieux de manière sereine, distanciée, dans le cadre laïc de la République », a expliqué Dominique Avon, professeur d’histoire contemporaine à l’université du Maine, et futur codirecteur de ce nouvel institut.

« L’idée force de l’IPRA est la place de la réflexion qu’on peut avoir dans le domaine des sciences sociales et humaines dans le grand débat public à la faveur des événements de ce début d’année, comme sur toutes les grandes questions de société (…) C’est la vocation de l’université de répondre aux grandes questions de société », notamment « du fait religieux qui prend de l’ampleur dans le débat public », a souligné Olivier Labroux, président de l’Université de Nantes.

L’institut réunira une trentaine de chercheurs des Pays de la Loire et s’appuiera sur un réseau de 200 chercheurs du monde entier ainsi que sur deux structures existantes, dont un laboratoire spécialisé dans l’étude des minorités religieuses (Relmin) basé à Nantes.

Le financement, d’un montant de 600.000 euros, est pris en charge à hauteur des deux tiers par la région Pays de la Loire, via un appel à projets (« Connect Talent »).

cor-mcl/bar/nm

.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous