Ecole primaire : 51,5 classes sans professeurs en Haute-Vienne, faute de remplaçants

La Haute-Vienne a atteint, le 13 février dernier, le chiffre historique de 51,5 classes de primaire privées de professeurs (soit 1300 élèves), faute de remplaçants.

tableau d'école

© RAM – Fotolia.com

Le département de la Haute-Vienne a atteint un record historique… Celui du plus grand nombre de classes privées d’instituteurs, faute de remplaçants disponibles. Ainsi, 51,5 classes, soit 1300 enfants, sont sans enseignants, selon l’intersyndicale de l’enseignement primaire, qui réclame un « plan de rattrapage des effectifs ».

« Avec à peine 150 remplaçants affectés à la Brigade départementale, la Haute-Vienne est un département sinistré », indique Thibault Bergeron, secrétaire départemental du SE-Unsa, à l’AFP. Le syndicat estime qu’il faudrait 160 remplaçants pour assurer un « service minimum ».

Thibault Bergeron décrit des « pics à 40-45 classes sans remplaçant », citant le cas d’une commune où, un professeur des écoles étant malade, deux classes ont été « transférées dans la salle municipale », le maire de la ville « mettant à disposition un employé communal pour assister l’enseignant présent. »

Un taux d’encadrement moyen en trompe-l’oeil

« Vu du ministère, l’académie a un bon taux d’encadrement, c’est-à-dire le rapport entre le nombre de professeurs et d’élèves », note Liliane Raynaud, du Snuipp-FSU 87. Problème : le taux d’encadrement est déterminé par la moyenne des statistiques des trois départements composant le Limousin – des statistiques très inégales. Ainsi, la Creuse, qui compte peu d’élève, se positionne au 3e rang national, quand la Corrèse atteint la 55e place, et quand la Haute-Vienne est classée au 87e rang sur 92.

« Ce classement ne risque pas de s’améliorer avec l’annonce de l’ouverture de trois postes pour la rentrée, nettement insuffisants en regard des 181 élèves supplémentaires attendus à la prochaine rentrée de septembre », indiquent les syndicats SE-Unsa, SNuipp-FSU, Snudi-FO et Sgnen-CFDT.

En Haute-Vienne, le 3 février dernier, 40% des enseignants étaient en grève. « Nous sommes tous conscients que l’école est en première ligne pour former les citoyens éclairés de demain. Mais si les annonces ne sont jamais suivies des moyens, ce malaise va continuer d’augmenter… », assure Liliane Raynaud.

Source(s) :
  • AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous