Rythmes scolaires : Marseille veut faire payer les TAP aux parents

Dans le cadre de la réforme sur les rythmes scolaires, la municipalité marseillaise prévoit de faire payer les temps d'activités périscolaires aux parents. Ils pourraient avoir lieu plusieurs après-midis par semaine et coûter deux euros par semaine et par élève.

Challenge robotique défis Primaires Festival ARTEC 2013La réforme des rythmes scolaires continue d’être vivement critiquée par certaines municipalités. En janvier, nous avions relayé le cas de la commune de Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne, qui avait revu les horaires de classe et supprimé les ateliers périscolaires de ses écoles maternelles et élementaires, « faute d’animateurs ».

Un mois plus tard, c’est la ville de Marseille qui songe à rendre payants les temps d’activités périscolaires (TAP). Alors que la réforme s’applique depuis janvier, une délibération soumise au vote le 16 février, prévoit de faire participer les parents, à hauteur de 2 € par semaine, et par élève (avec mise en place d’un demi-tarif, voire d’une gratuité pour les familles modestes), soit 80 € par an.

Une pénurie d’animateurs

« Le souci de l’administration municipale de perfectionner la qualité du dispositif conduit à adopter une organisation des TAP en Accueils de Loisirs Sans Hébergement, ce cadre juridique et financier étant à même de permettre une offre de plusieurs activités équilibrées, assurant une qualification optimale des intervenants, ainsi qu’un taux d’encadrement adéquat pour un projet éducatif adapté », note la municipalité dans son projet de délibération, afin de justifier ce passage au payant.

Dans son rapport, la Ville décrit les grandes difficultés des associations d’éducation populaires, pour recruter suffisamment d’animateurs (il en faudrait 3500 environ, selon La Marseillaise) à destination des 444 écoles publiques de Marseille.

Actuellement concentrés sur le seul après-midi du vendredi, les TAP sont, pour le moment, gratuits pour les familles. Afin d’attirer les animateurs potentiels, les TAP auraient désormais lieu deux après-midi par semaine. « Avec ce nouveau système, ils gagneraient plus, ils seraient plus tentés de rester », explique ainsi un proche du maire de Marseille au site Marsactu.

4 millions d’euros par an de gagnés ?

La décision de faire payer les parents est « tout à fait choquante », pour l’opposition socialiste. Ainsi, malgré la promesse de mettre en place le quotient familial, « cette idée pénaliserait encore les familles les plus modestes ».

Selon La Provence, « la Ville argue que l’application de la réforme lui coûte 25 millions d’euros ». Le passage des TAP au payant permettrait, estime Marsactu, « de récolter 4 millions d’euros par an ».

1 commentaire sur "Rythmes scolaires : Marseille veut faire payer les TAP aux parents"

  1. field  23 février 2015 à 19 h 55 min

    Vous dites que : « La décision de faire payer les parents est « tout à fait choquante », pour l’opposition socialiste. « …. J’aimerais que ces élus d’opposition m’expliquent comment résoudre cette équation impossible : le décret stipulant qu’il y aurait des activités (mais que ce n’est pas obligatoire), mais aussi que ça ne coûterait rien de significatif aux communes (c’est le conseil d’Etat qui a confirmé cela (, par ses conclusions rendues fin décembre 2014, pour soutenir la légalité de sa non-prise en charge des coûts)… Pour que ça ne coûte rien aux communes, conformément à ce que soutien l’Éducation Nationale, il me semble qu’il n’y a pas mille solutions :
    – soit les TAP sont faites par des bénévoles : reste à les trouver, qualifiés disponibles, et durablement volontaires
    – soit il n’y a pas de TAP
    – soit ce sont les parents qui payent
    L’Education Nationale n’a juste pas eu l’honnêteté de dire que son décret n’apportait rien du tout : les avantages de la semaines de 4 jours et demi, mis en balance avec ses inconvénients, ne pèsent pas lourd si la commune n’investit pas massivement : or, au nom des principes de leur libre administrations, les communes n’ont aucune obligation d’investir massivement, surtout lorsqu’elles estiment (et c’est leur droit) que l’égalité républicaine devant l’école est une mission de l’Etat, dont elles n’ont pas forcément, ni les moyens ni l’envie de combler les défaillances, en silence et sans résister, partout ou celui-ci déserte ses missions. Je suggère à l’opposition socialiste mécontente de Marseille, de souffler à ses amis instigateurs de cette « réforme » mal fichue, qu’ils seraient bien inspirés de revoir leur copie, et de pondre une réforme vraiment juste, ambitieuse, intelligente, et égalitaire. Ce qui n’est bien évidemment pas le cas de celle-ci, qui repose sur bien trop de hasards.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous