Cours suspendus dans un collège du 93 après une série de violences et d’agressions

logo AFP

Les enseignants d’un collège de Seine-Saint-Denis ont décidé de suspendre les cours jeudi après une série de violences et d’agressions survenues dans l’établissement, a-t-on appris de source syndicale et auprès du rectorat.

Les personnels du collège Elsa-Triolet, à Saint-Denis, « ont décidé à l’unanimité d’exercer leur droit de retrait », a indiqué à l’AFP Simon Duteil, du syndicat Sud-Education. « Les cours ont été suspendus et le restent jusqu’à nouvel ordre », a-t-il ajouté.

Ce mouvement fait suite à une série d’incidents « de la plus haute gravité » survenus depuis début février dans l’enceinte et aux abords de l’établissement, précisent dans un communiqué les enseignants du collège, qui se disant « désemparés ».

Le 5 février, un adolescent de 13 ans a été blessé d’un coup de couteau lors d’une rixe dans le collège, classé en zone prioritaire. Le 6, une enseignante a reçu un coup à la tête, porté par un élève. Et le 9, un collégien a été victime d’une agression à caractère sexuel, près de l’établissement, par un groupe d’élèves.

« Il y a clairement une dégradation de la situation. L’atmosphère est devenue très pesante », confie Simon Duteil. On ne veut pas tomber dans la paranoïa. Mais on voudrait pas qu’il y ait un nouvel incident encore plus grave ».

Dans leur communiqué, les enseignants réclament « du personnel supplémentaire », dont des surveillants, « pour assurer la sécurité des élèves et du personnel ». Ils souhaitent également la mise en place d' »une journée banalisée » pour « réfléchir à des solutions (…) à court et à long terme ».

Contacté par l’AFP, le rectorat de Créteil a indiqué n’avoir pas reçu de demande d’audience collective de la part des enseignants, mais précisé qu’ils seraient reçus s’ils effectuent cette démarche.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous