Après les attentats, des mémoriaux en réseau pour « l’éducation citoyenne »

logo AFP

Plusieurs mémoriaux français et étrangers consacrés à l’histoire de la Déportation et de la Résistance ont souhaité mettre en commun leurs expériences pour définir des actions « d’éducation citoyenne » après les attentats de Paris, a-t-on appris jeudi auprès de celui du camp des Milles, à l’origine de l’initiative.

Cette mise en réseau fait suite « aux évènements tragiques qui ont frappé notre pays (et qui) impliquent une mobilisation de tous ceux qui ont un rôle dans l’éducation à la citoyenneté », indique le mémorial des Milles dans un communiqué, en référence aux attentats des 7 au 9 janvier à Paris.

« Les institutions mémorielles font partie de ces acteurs incontournables car elles apportent le recul du passé pour aider à la lecture d’un présent (…) marqué lui aussi par les extrémismes, les fanatismes, l’antisémitisme, les racismes, mais aussi par des résistances à ces engrenages », poursuit le mémorial dans ce communiqué.

Dans un premier temps, huit institutions se sont rassemblées lundi au camp des Milles, à Aix-en-Provence. Il s’agit du Musée d’Auschwitz-Birkenau, du Centre Wiesenthal (Musée de la Tolérance de Los Angeles), du CERCIL (Mémorial des enfants du Vel d’Hiv’), du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation (Lyon), du Lieu de mémoire du Chambon-sur-Lignon, du futur Mémorial de Rivesaltes et du Musée Virtuel de la Résistance.

« C’est une initiative inhabituelle que justifie la situation, mais d’autres Mémoriaux devraient encore nous rejoindre… », explique à l’AFP le président du mémorial des Milles, Alain Chouraqui. Certains ont déjà marqué leur intérêt mais n’ont pu être présents dans les courts délais d’organisation, comme le Musée Anne Frank d’Amsterdam, la Maison des enfants d’Izieu ou le Musée de la Résistance et de la déportation de Besançon.

Contenus scientifiques, actions vers les publics prioritaires, formation d’enseignants et d’encadrants, mise en commun de ressources, prise en compte d’internet: le champ des collaborations est vaste, et devrait se concrétiser lors des prochains mois.

« Il est dans notre ADN de mettre la mémoire au service de l’éducation citoyenne », rappelle M. Chouraqui. Le mémorial du camp des Milles, un camp d’internement et de déportation où ont transité 10.000 internés entre 1939 et 1942, dont 2000 Juifs déportés à Auschwitz via Drancy, a ainsi mis en place une série d’actions vers les publics jeunes notamment pour lutter contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations. Des partenariats ont également été développés dans le domaine de la formation, avec des administrations, des entreprises ou des syndicats.

Une convention entre l’Etat et le mémorial pour développer ces projets vers les quartiers prioritaires (ateliers, interventions pédagogiques…) a d’ailleurs été signée lundi, à l’occasion de la visite du Premier ministre Manuel Valls, accompagné du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et de celle de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous