Campagne de désarmement : les Guadeloupéens ont moins déposé les armes

logo AFP

Le bilan de la troisième campagne « Déposez les armes », qui s’achève mercredi, en Guadeloupe, fait état d’ « un nombre légèrement en baisse » d’armes et de munitions remises aux forces de l’ordre, indique la préfecture dans un communiqué.

Cette nouvelle campagne, lancée le 20 décembre 2014, faisait suite aux deux précédentes menées en 2013.

La population était invitée à venir déposer volontairement ses armes en gendarmerie et dans les commissariats sans crainte de s’exposer à des poursuites faute de permis de détention.

Mercredi, à la mi journée, la préfecture indiquait avoir enregistré, dans les commissariats de police et les locaux de la gendarmerie « 72 armes déposées et près de 2.000 munitions ». Lors des deux campagnes précédentes, 232 armes et plus de 2.500 munitions avaient été déposées au total.

La préfecture souligne toutefois « plusieurs points positifs », lors de cette nouvelle opération davantage axée vers la jeunesse. Elle a « suscité plus de débats et a marqué les esprits, notamment grâce au clip musical, +Récupérons nos petits frères+ », réalisé par un collectif de jeunes artistes guadeloupéens, partagé sur les réseaux sociaux, et comptabilisant plus de 5.000 vues sur Internet.

« On peut regretter que cet engouement n’ait pas suscité de dépôt d’armes blanches dans les commissariats et les gendarmeries, la majorité étant des fusils de chasse et des carabines », déplore le communiqué.

Deux conférences-débats ont par ailleurs été organisées dans des établissements scolaires de Pointe-Noire et du Moule, en partenariat avec le Rectorat, sur la thématique « Déposez les armes, toutes les armes ! ».

On dénombre 3 morts par arme à feu depuis le 1er janvier 2015 en Guadeloupe selon un décompte de l’AFP.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous