Maternelle: les nouveaux programmes approuvés par la communauté éducative

logo AFP

Les nouveaux programmes scolaires de maternelle, qui s’appliqueront dès la prochaine rentrée, ont été largement approuvés jeudi par la communauté éducative, a annoncé sur Twitter Michel Lussault, président du Conseil supérieur des programmes (CSP).

Désormais, « la grande section fait partie du cycle de maternelle », alors qu’auparavant cette classe figurait dans un cycle à cheval avec l’école élémentaire, avait expliqué mercredi M. Lussault, nommé à la tête du CSP en septembre.

« On insiste beaucoup sur la relation entre la socialisation et l’apprentissage », sur le jeu. « On dédramatise un peu le programme, en sortant la grande section du lien avec le CP, on ne place pas les élèves dès le départ dans une situation où ils seraient en échec précoce ». Il y a certes « des apprentissages à acquérir, mais certains élèves les acquéreront en CP ».

Il s’agit des premiers programmes rédigés par le CSP, créé par la loi sur l’école de 2013. Ils ont été amendés après consultation des enseignants et présentés jeudi devant le Conseil supérieur de l’éducation, consultatif, qui réunit enseignants, parents, collectivités…

Ces programmes entreront en vigueur avec un an de retard sur le calendrier initial. De même, les nouveaux programmes de l’école élémentaire et du collège ont été repoussés d’un an et seront mis en place à partir de la rentrée 2016 pour la première année de chaque cycle (CP, CM1, 5ème).

Ces programmes « vont dans le bon sens », selon Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire (maternelle et élémentaire).

La version après consultation des enseignants est « plus équilibrée, lisible et opérationelle », estime-t-il, saluant des programmes qui prévoient une école « bienveillante mais exigeante », qui ne doit pas être un « petit CP ».

Reste à savoir « comment on permet aux enseignants de les mettre en application », dit-il, demandant au ministère de les éditer et les envoyer aux enseignants, pour qu’ils ne soient pas « imprimés sur les crédits pédagogiques des écoles ». Il réclame aussi des documents d’accompagnement et un plan de formation continue.

Les précédents programmes de 2008, « allaient trop vite dans plein de domaines, ils avaient minoré le jeu, des activités concernant le développement artistique ». Maintenant, il y a « des indications disant de prendre le temps, ne pas aller trop vite dans la découverte des sons, des lettres, ça redonne une priorité au langage », relève-t-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous