Que faire des denrées alimentaire invendues ? La question à l’Assemblée jeudi

logo AFP

L’Assemblée nationale va débattre jeudi de l’utilisation à des fins humanitaires des denrées alimentaires invendues, mais sans qu’une décision ne soit prise, dans l’attente fin mars d’un rapport au gouvernement.

Ce débat, autour d’une proposition de loi UMP, interviendra deux jours après la comparution, ce mardi devant le tribunal correctionnel de Montpellier, de trois personnes pour avoir pris des denrées périssables dont les dates de péremption étaient dépassées dans des containers à déchets d’un supermarché de Sète.

La question est aussi au centre du film « Discount », sorti le 16 janvier, dans lequel des salariés d’un supermarché de hard discount, menacés d’être remplacés par des caisses automatiques, récupèrent de la marchandise périmée destinée à être détruite pour créer une épicerie alternative.

Dans sa version initiale, le texte déposé par le député UMP du Nord Jean-Pierre Decool proposait que les supermarchés concluent des conventions avec des associations d’aide alimentaire pour la collecte de denrées alimentaires invendues encore consommables.

Il demandait au gouvernement de remettre au Parlement dans les six mois un rapport sur les dates limites de consommation et de péremption des denrées alimentaires « afin de les faire évoluer pour lutter contre le gaspillage alimentaire tout en garantissant la sécurité sanitaire des consommateurs ». Enfin, la proposition préconisait « des actions de sensibilisation à la lutte contre le gaspillage alimentaire » dans les établissements scolaires.

Mais la majorité de gauche de la commission des affaires économiques de l’Assemblée a jugé prématuré de voter une proposition de loi, alors que le député PS Guillaume Garot, ex-ministre délégué à l’Agroalimentaire, doit rendre fin mars au Premier ministre un rapport sur la lutte contre le gaspillage alimentaire.

La commission a donc remplacé toutes les mesures de la proposition de loi par un article unique stipulant que le gouvernement remettra au Parlement « un rapport portant sur des mesures concrètes, assorties de propositions législatives, pour lutter contre le gaspillage alimentaire ». Cet article unique sera soumis jeudi au vote de l’Assemblée.

Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, s’est engagé vendredi, lors du débat dans l’hémicycle sur la loi Macron, à déposer rapidement une proposition de loi sur la base du rapport Garot.

La proposition de loi Decool, a déclaré Guillaume Garot lundi à l’AFP, « ne traite qu’une partie du gaspillage alimentaire ». Or, « si on veut lutter efficacement contre le gaspillage, il faut prendre chacun des maillons de la chaîne, du producteur au consommateur » et agir notamment sur le gaspillage en restauration collective, sur les relations entre distributeurs et fournisseurs, etc. Il a appelé à un travail commun « toutes sensibilités confondues » afin de proposer fin mars une vraie « politique publique » en ce domaine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous