Les enseignants en grève pour défendre leurs conditions de travail

Le SNUipp-FSU a appelé les enseignants des écoles à faire grève, pour défendre leurs conditions de travail, une meilleure formation continue et une revalorisation de leurs salaires.

Ecole

Ecole de la Republique © NANCY – Fotolia.com

Les enseignants du premier et du second degré entrent en grève, ce mardi 3 février.  A l’origine du mouvement, le Snuipp-FSU, syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles et Pegc (professeurs d’enseignement général de collège), et la FSU, première fédération de l’enseignement, qui dénoncent dans L’Humanité, « une éducation prioritaire sous contrainte budgétaire », une formation continue « qui reste exsangue », des postes « en nombre insuffisant pour réduire la taille des classes », et des salaires « gelés, qui ne valorisent pas le métier ».

Salaires, formation et conditions de travail

Revendications du Snuipp-FSU, exprimées hier soir dans un communiqué : « une amplification de l’investissement budgétaire pour atteindre des effectifs par classes de pas plus de 20 élèves en éducation prioritaire, pas plus de 25 ailleurs et permettre le déploiement du plus de maîtres que de classes, mais aussi une revalorisation salariale avec, pour la rentrée 2015, le triplement de l’indemnité ISAE (suivi et d’accompagnement des élèves) du 1er degré et enfin une mise en place d’un grand plan de formation continue pour l’ensemble des professeurs d’école ».

« Notre école se singularise au niveau européen pour ses classes parmi les plus chargées, la faible rémunération de ses enseignants et la déshérence de sa formation continue. De nouveau, début Janvier, l’OCDE a pointé du doigt la France pour ne pas avoir pris à bras le corps ces sujets pourtant reconnus comme des leviers pour une meilleure réussite des élèves », déplore le syndicat.

Entre 10 et 22% de grévistes annoncés

Alors que le ministère de l’Education nationale évalue à 10% le taux de professeurs du premier degré grévistes, le Snuipp-FSU annonce un taux de grévistes de 22%, soit 60 000 enseignants. Ce taux devrait être, selon le syndicat, supérieur à 40% dans sept départements : la Drôme, la Seine-Saint-Denis, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, l’Ardèche, le Loir-et-Cher et le Var.

A Paris, une manifestation francilienne partira à 14h du jardin du Luxembourg vers le ministère de l’Education nationale. Ce mouvement social intervient peu de temps après des mobilisations (en décembre) contre des sorties de collèges des zones d’éducation prioritaire (ZEP). La FSU avait alors appelé les autres syndicats à se joindre à son mouvement, sans succès au niveau national, mais avec quelques participations au niveau départemental.

 

Source(s) :
  • L'Humanité, AFP, Snuipp-FSU, AEF

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous