Beaucaire: colère après l’arrêt des subventions à la « Maison du vivre ensemble » par la mairie FN

logo AFP

La fermeture mercredi de la « Maison du vivre ensemble » de Beaucaire (Gard), qui assurait le soutien scolaire d’une centaine d’enfants, provoque la colère des habitants et du responsable de ce centre socioculturel, privé de subvention par la municipalité FN.

« C’en était fini du vivre ensemble, à Beaucaire », a déclaré dimanche à l’AFP, Laure Cordelet, fondatrice du Rassemblement citoyen, créé en réaction à l’arrivée du FN dans la cité gardoise.

« Pour un maire qui voulait créer de l’emploi dans une ville frappée par 20% de chômage, c’est raté », a dit Georges Duplissy, président de la Ligue d’enseignement du Gard, gestionnaire du centre.

Mardi, une cinquantaine d’habitants ont défilé dans les rues pour manifester leur mécontentement.

« C’est honteux que le centre ferme », a dénoncé Faouda, mère d’un garçon de sept ans aidé trois fois par semaine pour ses devoirs: « Beaucoup de parents ne savent pas lire le français. »

Selon Laure Cordelet, le nouveau maire FN Julien Sanchez avait le centre « dans le collimateur avant même son mandat ».

« Justement, ils le savaient! » a répondu l’élu frontiste: « Je ne suis pas maso, donner une subvention à des gens qui font des déclarations politiques contre nous et leur faire cadeau d’un joli local de 150 m2 estimé à 10.000 euros de revenus locatifs par an, ça me pose problème. »

Instituteur à la retraite, M. Duplissy avait porté la création de l’établissement, sous la mandature de l’ancien maire Jacques Bourbousson (UDI), pour « centraliser la vie associative, culturelle et éducative de Beaucaire ».

L’implantation du centre -qui avait nécessité 80.000 euros de travaux- n’avait pas été choisie par hasard: le Beaucaire ancien, « un quartier en grande difficulté, avec une forte population maghrébine, du chômage, du RSA, du trafic de drogue », a détaillé M. Duplissy.

« La CAF et le conseil général du Gard prévoyaient 131.000 euros de subventions par an, la condition étant que la mairie participe également, ce qu’elle devait faire à hauteur de 53.000 annuels », a expliqué l’ancien enseignant.

Mais, en mai 2014, le nouveau maire frontiste a annulé les dotations. La CAF et le conseil général se retirent alors et le directeur recruté pour gérer le centre est licencié.

S’il assume l’arrêt des subventions, M. Sanchez refuse de se voir imputer le licenciement du directeur du centre: « C’est une imprudence de gestion de la part de la Ligue de l’enseignement: tant qu’on n’est pas sûr d’avoir une subvention, on n’embauche pas. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous