Vallaud-Belkacem: enseigner la Shoah avec plus de détermination après les attentats

logo AFP

L’école française « assume sa mission » d’enseignement de la Shoah, mais les attentats parisiens « nous invitent à assumer cette responsabilité avec encore plus de détermination », a estimé lundi Najat Vallaud-Belkacem.

A la veille du 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz, la ministre de l’Education nationale a évoqué « une responsabilité toute particulière envers les victimes de la Shoah » qui « augmente au fur et mesure » que « les voix des témoins s’éteignent ».

Elle s’exprimait aux côtés du chasseur de nazis Serge Klarsfeld, lors de la présentation d’outils pédagogiques pour aider les professeurs du secondaire à enseigner la Shoah, édités par Canopé, organisme chargé de créer et diffuser ces documents.

Ce « projet transmedia » comporte une réédition de l' »Album d’Auschwitz » (album de photos trouvé par l’ancienne déportée Lili Jacob), un DVD avec le documentaire de Blanche Finger et William Karel « Album(s) d’Auschwitz », avec des droits libérés pour l’enseignement, ainsi qu’un web-documentaire, « Les deux albums d’Auschwitz », qui s’appuie aussi sur des photos montrant la vie quotidienne des SS à Auschwitz. Le web-documentaire, qui situe les photographies dans leur contexte, dans une chronologie et géographiquement dans le camp, sera accessible dès mardi sur http://www.reseau-canope.fr/les-2-albums-auschwitz. Il peut être utilisé en troisième, première et terminale.

« Notre responsabilité, c’est d’enseigner à la jeunesse » ce « que représente dans l’histoire de notre pays la plus vaste histoire génocidaire de tous les temps », « d’étudier pour que l’indifférence ne l’emporte pas et qu’elle ne vienne pas altérer la mémoire », de « doter l’école » des « outils » demandés par les enseignants, a expliqué la ministre.

Les enseignants sont aussi confrontés au « relativisme, la perte de repères » de certains élèves. « Il y a peut-être eu une époque où il suffisait de leur transmettre un savoir pour qu’ils l’absorbent », mais aujourd’hui, « tout est contesté », « les informations sont tellement nombreuses, il faut les trier ».

Pour Serge Klarsfeld, l’Album d’Auschwitz est « le seul document qui montre la Shoah », dans « ce qu’elle avait de programmé, de systématique, l’arrivée d’un ou plusieurs convois de juifs dans un camp d’extermination, où les gens » sur les photos « ne savent pas encore quel sort leur sera promis et comment cela fonctionne techniquement, comment on sélectionne les gens, les uns vers la chambre à gaz, les autres vers un travail forcé ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous