Macron doit rencontrer les ex-salariés de Gad qu’il avait traités d’illettrés

logo AFP

Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, est attendu vendredi dans le Finistère où il doit rencontrer des anciens salariés de l’abattoir de porcs Gad, ainsi qu’il l’avait promis après les avoir traités d’illettrés en septembre, alors qu’il venait tout juste d’être nommé à Bercy.

Arrivé avec une image de technocrate brillant et d’ex-financier aisé, il avait commis un faux pas dès sa première interview à un média, en parlant des salariées « illettrées » de l’abattoir breton.

Il avait rapidement présenté ses « excuses les plus plates », exprimé ses « regrets » et promis de se rendre sur place pour s’excuser directement.

« Il avait promis qu’il viendrait et il tient sa promesse », s’est félicité Olivier Le Bras, ancien délégué FO de l’abattoir, interrogé par l’AFP, précisant qu’une centaine d’anciens salariés étaient attendus lors de cette rencontre organisée à 17H00 à la mairie de Lampaul-Guimiliau, où se trouvait l’entreprise fermée en 2013 après le licenciement de près de 800 personnes.

« J’aimerais qu’il revienne sur ses propos, parce qu’ils nous ont fait du mal », a indiqué l’ancien syndicaliste, qui avait mené la bataille contre la fermeture de l’abattoir. « Certains employeurs maintenant font passer des tests de français quand on a travaillé chez Gad », a-t-il assuré.

« Ca n’a pas été que des propos blessants, sur le terrain ça a eu des conséquences sur les éventuelles embauches », a-t-il ajouté, assurant que les anciens salariés de Gad n’étaient « ni plus ni moins » illettrés qu’ailleurs.

« Ils sont connus désormais plus comme des illettrés que pour le combat qu’ils ont mené pour sauver leur emploi », a-t-il déploré, disant espérer que M. Macron, par sa venue, « redore un peu l’image des Gad ».

Sur les 889 personnes licenciées en novembre 2013 – sur les sites de Lampaul, mais aussi de Saint-Nazaire et de Saint-Martin-des-Champs – seules 193 ont retrouvé un emploi en CDI ou en CDD, a indiqué M. Le Bras, auteur d’un livre sorti le 16 janvier et intitulé « Le visage des Gad ».

La visite de M. Macron dans le Finistère, à Lampaul, mais également auparavant chez le volailler Doux, à Châteaulin, n’est pas ouverte à la presse, a précisé son cabinet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous