Loire: un gros centre de formation des apprentis sort de la liquidation

logo AFP

Le tribunal de grande instance de Saint-Etienne a prononcé vendredi la sortie d’un des principaux centres de formation des apprentis (CFA) en Rhône-Alpes de la procédure de liquidation judiciaire dans laquelle il avait été placé en juillet.

Par son jugement, le tribunal met fin à la procédure collective par extinction du passif. Il fait suite au vote, il y a une semaine à la région Rhône-Alpes, d’une subvention exceptionnelle de 1,1 million d’euros au profit du CFA Les Mouliniers, à Saint-Etienne, qui compte une soixantaine de salariés et 950 apprentis.

Les groupes d’opposition UDC (UDI et UMP réunis) et FN avaient voté contre. Selon eux, cette nouvelle subvention exceptionnelle ne résoudra pas, à terme, le problème de gestion et de gouvernance auquel est confronté cet établissement, dont le climat social est difficile.

L’actuel président du CFA, le président de la Chambre de commerce de Saint-Etienne André Mounier, a annoncé qu’il démissionnerait lors de la prochaine assemblée générale, en février, au profit d’une personnalité qualifiée, dans le cadre du « changement de gouvernance » réclamé par le conseil régional, principal bailleur de fonds de l’établissement, et par les salariés.

La collectivité régionale a indiqué vendredi que Philippe Meirieu, son vice-président délégué à la formation tout au long de la vie, réunira en février l’ensemble des partenaires pour constituer un nouvel organisme gestionnaire afin de pérenniser l’apprentissage sur le bassin stéphanois.

La CGT, syndicat majoritaire dans l’établissement, souhaite pour sa part transformer ce CFA consulaire en CFA académique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous