« Les attentats soulignent d’une façon tragique la nécessité d’une refondation de l’école »

Nommés à peine en septembre 2014, les référents laïcité se retrouvent en première ligne du combat pour les valeurs républicaines, après les attentats du 7 au 9 janvier. Leur rôle sera renforcé dans les mois qui viennent.

Digital man - Network concept © Dreaming Andy - Fotolia

Digital man – Network concept © Dreaming Andy – Fotolia

Entretien avec Loïc Bernard, référent laïcité à l’Académie de Rennes

Quel est votre rôle dans le contexte actuel ?

En tant que référent de laïcité ma mission est d’apporter une aide et un conseil aux personnels de l’académie, de mettre en œuvre des actions afin de faire vivre les valeurs de la république. Je suis amené à intervenir en cas de tensions dans un établissement, mais aussi à travailler sur le moyen et long terme. Je travaille seul ou avec la Cellule établissements et vie scolaire qui réunit des inspecteurs établissements et vie scolaire et des proviseurs vie scolaire, et dont le fonctionnement a été renforcé depuis les événements tragiques. La cellule permet de partager les expériences, d’agir plus vite et efficacement. Nous avons été appelés par exemple par un chef d’établissement sur une situation de tension et nous préparons une intervention sous forme d’ateliers sur la laïcité. Le 8 janvier, dans notre académie, il y a eu plusieurs refus de respecter la minute de silence en hommage aux victimes des attentats. Lorsque de tels incidents surviennent à l’école nous conseillons aux enseignants et aux conseillers principaux d’éducation d’accueillir l’expression de l’émotion, et après, de travailler sur la distanciation, en s’appuyant sur les autres professeurs, et sur la façon de répondre en réaffirmant le principe du « vivre ensemble ».

Comment évoquer la liberté de la presse alors que certains qualifient les caricatures de Charlie Hebdo d’outrage à la religion ?

Il faut saisir chaque occasion pour évoquer la liberté d’expression, comme par exemple durant la semaine de la presse et des médias qu’organisent, chaque année, les CDI. Il faut travailler sur les journaux scolaires, et apprendre aux élèves d’une façon très concrète à utiliser la liberté d’expression dans le cadre prévu par la loi. Le CLEMI a mis en ligne une collection de dessins de journaux de lycéens en lien avec les événements récents.

Et devant un élève récalcitrant, qui refuse d’accepter les caricatures représentant le Prophète, comment peut-on réagir ?

En classe, c’est le professeur qui peut amener la connaissance et nouer le dialogue, en démontrant qu’on ne se place pas au niveau de la croyance, mais dans une perspective historique, du point de vue d’une science qui essaie d’être objective.

Les attentats vont-ils avoir un effet sur l’enseignement du fait religieux à l’école ?

Ils ont réaffirmé la nécessité d’enseigner le fait religieux. Au lendemain des événements tragiques, les inspecteurs de notre académie ont envoyé aux enseignants d’histoire-géographie une liste des ressources existantes notamment sur Eduscol, sur l’enseignement laïc des faits religieux.

Les inspecteurs ont rappelé que l’Institut national de l’audiovisuel propose de nombreuses vidéos contextualisées qui peuvent être utilisées en classe pour mettre en perspective des attentats et aborder les valeurs de la République.

La formation des enseignants du fait religieux sera renforcée, notamment dans le cadre des modules de formation sur la pédagogie de la laïcité qui existent dans les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation. Les attentats soulignent d’une façon tragique la nécessité de la refondation de l’école, qui a été commencée par la loi du 9 juillet 2013. Rappelons qu’à la rentrée 2015 va se mettre en place l’enseignement moral et civique où l’on pourra réaffirmer les valeurs de la République. L’actualité nous appelle à approfondir ce mouvement.

 

Rouja Lazarova

1 commentaire sur "« Les attentats soulignent d’une façon tragique la nécessité d’une refondation de l’école »"

  1. Michel  24 janvier 2015 à 11 h 22 min

    Le plus important : enseigner le pourquoi de la séparation de la République et de la Religion, les différences entre une religion et une secte, l’obscurantisme religieux vis-à-vis de l’émancipation des femmes et des scientifiques…
    L’école n’est pas là pour faire la publicité des religions, mais on peut s’interroger sur le désert idéologique engendré par les différentes politiques économiques.
    Il est inutile de rajouter des heures, c’est au quotidien que la laïcité se travaille.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous