« Espèce de jihadiste! »: un prof de sport écope d’un rappel à la loi

logo AFP

Un enseignant d’un collège de Garches (Hauts-de-Seine) a reçu un rappel à la loi pour avoir traité un élève d' »espèce de jihadiste », mais ne sera pas sanctionné par son académie, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Les faits remontent au 8 janvier, lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo à Paris. Lors d’un cours de sport au collège Henri-Bergson, un établissement tranquille, un élève de 13 ans, dissipé et « insolent », quitte une partie de badminton après une dispute avec un autre élève. A son prof, qui le rattrape, il lance alors « des propos extrêmement insultants », a rapporté à l’AFP l’inspection académique des Hauts-de-Seine.

« Espèce de jihadiste! », lui rétorque l’enseignant, énervé. Il s’est ensuite « spontanément » excusé auprès de l’enfant et de sa famille lors d’une réunion avec le principal de l’établissement, selon la même source.

Dans la foulée, la famille de l’adolescent a déposé plainte au commissariat de Saint-Cloud pour « injure publique envers un particulier en raison de sa race ou de sa religion », a indiqué une source policière.

Une enquête a été ouverte et, à son terme, mercredi, l’enseignant « a écopé d’un rappel à la loi », selon une source judiciaire.

Le rappel à la loi, décidé par le parquet, est une mesure destinée aux petits actes de délinquance et qui permet d’éviter les suites pénales pour des faits sans réelle gravité.

« Je n’aurais jamais pensé que cela vienne de la part d’un professeur. Ils sont censés transmettre des valeurs à nos enfants, les valeurs de la République », a déclaré à la radio RMC le père du collégien, estimant que l’enseignant « n’a pas sa place dans l’Education nationale ».

Aucune sanction administrative n’est prévue et le professeur, qui « n’est pas un débutant », fera simplement un point « avec un inspecteur pédagogique d’EPS », selon l’inspection académique des Hauts-de-Seine.

L’Inspection condamne des « propos regrettables », mais qui sont « à remettre dans un contexte d’exaspération de l’enseignant et de vive émotion » au lendemain des attentats, a-t-elle souligné.

« Il y a eu de sa part, très vite, la conscience que ses propos étaient inappropriés. Ces propos ont été tenus dans l’emportement, l’énervement », a-t-on ajouté de même source.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous