Cybersécurité: Le Drian inaugure en Bretagne un cursus « unique » en France

logo AFP

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a inauguré vendredi à Ploufragan (Côtes-d’Armor), près de Saint-Brieuc, une formation « unique » en France en matière de cybersécurité, mise en place depuis septembre au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

Le parcours proposé par le Cnam permettra notamment à quelque 31 étudiants, âgés de 22 à 26 ans, de devenir analystes en sécurité des systèmes télécoms réseaux et informatiques, ou linguistes en arabe ou chinois experts en exploitation de données géopolitiques.

« Nous sommes au coeur des enjeux très lourds pour notre sécurité, et la question de la formation pour la cyberdéfense est essentielle », a déclaré Jean-Yves Le Drian, lors de sa visite, qui était prévue avant les attaques terroristes à Paris de début janvier à Paris.

« Il s’agit de la sécurité de l’ensemble de notre territoire, mais il s’agit aussi de la sécurité de nos grandes entreprises », a dit le ministre, en précisant que « l’action cyber peut désorganiser complètement des infrastructures et mettre le pays dans une situation de panne, donc il faut empêcher ça ».

« Ces jeunes qui s’orientent dans cette formation n’auront pas de problèmes d’insertion professionnelle », a ajouté Jean-Yves Le Drian.

Les étudiants de ce cursus devraient être deux fois plus nombreux à la rentrée prochaine.

Le dispositif « pionnier » est destiné à répondre « aux besoins en compétences des ministères de l’Intérieur et de la Défense » selon Olivier Faron, l’administrateur général du Cnam.

Il offre également des débouchés dans des entreprises tournées vers l’international.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous