Montreuil: un homme arrêté après avoir menacé des militaires devant un lycée juif

logo AFP

Un homme a été interpellé dans la nuit de mardi à mercredi après avoir menacé de mort des militaires en faction devant un lycée juif de Montreuil (Seine-Saint-Denis) et tenu des propos faisant l’apologie des attentats parisiens, a-t-on appris de sources policières.

L’homme, âgé de 27 ans, a été interpellé vers 01h30, dans le quartier Jules Verne. Il est soupçonné d’avoir menacé quelques heures plus tôt, peut-être avec une autre personne, deux soldats qui se trouvaient devant le lycée Ort de Montreuil.

Selon les militaires, qui ont rapporté ces faits à la police, le jeune homme se serait arrêté en voiture devant l’établissement peu après 18H00 et leur aurait lancé: « Ca fait quoi une balle de kalachnikov dans la tête, ça saigne? »

« Il n’y a pas eu d’exhibition d’arme », a toutefois indiqué une source policière, qui précise que le jeune homme, placé en garde à vue dans les locaux du commissariat de Montreuil, est « connu pour des petits délits ».

Dans la nuit de samedi à dimanche, deux soldats en faction devant un collège juif du Raincy (Seine-Saint-Denis), à quelques kilomètres de Montreuil, avaient armé leur fusil d’assaut, après s’être sentis menacés par des hommes qui semblaient manier une arme.

Selon une source proche de l’affaire, l’un de ces hommes, cagoulés, aurait tiré vers l’arrière la culasse d’une arme comme s’il allait faire feu, alors que les soldats s’approchaient de leur véhicule, arrêté devant l’établissement.

Près de 10.000 militaires ont été déployés sur le territoire français dans le cadre du plan vigipirate pour assurer la sécurité des points sensibles, notamment des écoles et lieux de cultes juifs, en complément des 5.000 policiers et gendarmes déjà mobilisés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous