Les religions, « ressource vive » et non « menace » pour la République (protestants)

logo AFP

Le président de la Fédération protestante de France (FPF), François Clavairoly, a formulé mercredi soir le voeu que la République se laisse inspirer par un « esprit de fraternité » à l’égard des religions, une « ressource vive » et non une « menace ».

Les protestants, estimés à 1,5 à 2 millions en France, « veulent souffler plus fort quelques idées à la République, pour qu’elle surmonte le terrible drame qui la touche », a souligné le pasteur Clavairoly lors de ses voeux, selon son discours transmis à l’AFP, deux semaines après les attentats parisiens.

Evoquant l’importance de l’enseignement laïque du fait religieux dans les établissements scolaires, le président de la FPF a souligné que « le protestantisme se tient disponible pour aider la République dans cet effort (…) de pédagogie devenu, non plus seulement nécessaire mais désormais urgent ».

« Le voeu que je formule est que la République française sache se laisser inspirer par (un) esprit de fraternité, y compris à l’égard des religions et du protestantisme en particulier, qu’elle ne doit pas regarder comme une menace (…) mais bien comme une ressource vive », a ajouté le pasteur Clavairoly, qui assure actuellement la présidence tournante de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF).

Le président de la FPF, l’une des deux grandes fédérations protestantes avec le Conseil national des évangéliques de France (Cnef), a enfin appelé de ses voeux une laïcité « décontractée », « elle qui nous est un bien commun ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous