A peine un jeune sur deux dit avoir des connaissances approfondies sur la Shoah (étude dans 31 pays)

logo AFP

A peine un jeune sur deux (47%) a le sentiment d’avoir des connaissances plutôt ou très approfondies sur l’extermination des juifs durant la Seconde Guerre mondiale, selon une étude réalisée dans 31 pays auprès de 31.172 personnes âgées de 16 à 29 ans.

Cette enquête « Mémoires à venir », présentée mercredi soir à Paris en amont du 70e anniversaire de la libération des camps nazis, a été coordonnée par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et le think tank libéral Fondapol dans 23 pays européens dont la France, ainsi qu’en Australie, au Canada, en Chine, aux Etats-Unis, en Inde, en Israël, au Japon et en Turquie.

Au total, neuf jeunes adolescents ou adultes sur dix qualifient de « génocide » l’extermination des Juifs par les nazis, devant le massacre des Arméniens par l’Empire ottoman en 1915 (77%) et celui des Tutsis par le régime hutu en 1994 au Rwanda (76%).

Ce sondage montre cependant de fortes disparités de perception des événements selon les pays. Si 88% des jeunes Israéliens affichent des connaissances approfondies de la Shoah, ils ne sont que 20% à faire de même au Japon. La France, avec 49%, est légèrement au-dessus de l’ensemble des pays pris dans leur globalité (47%), mais un peu en deçà de la moyenne de l’Union européenne (53%).

Les jeunes Français affirment en revanche à une très forte proportion (88%) que l’extermination des Juifs par les nazis constitue le fait le plus important de la Seconde Guerre mondiale, plus que les Etats-Unis (60%) ou l’Allemagne (73%). Sans surprise, le Japon cite en premier lieu l’utilisation de la bombe atomique à Hiroshima et Nagasaki (81%), la Russie la prise de Berlin par les Soviétiques en 1945 (84%).

Les jeunes Français sont toutefois à peine plus nombreux (51%) à considérer que leur gouvernement a agi contre la liberté et la dignité humaine entre 1939 et 1945 que ceux qui pensent le contraire (49%). Ces opinions favorables atteignent des niveaux étonnants dans des pays comme la Hongrie (47%) ou la Croatie (43%).

Au total, 37% des jeunes sont plutôt ou tout à fait d’accord avec l’idée que les démocraties, et pas seulement les régimes nazi ou communistes, ont « provoqué la mort de millions de personnes », ce qui fait dire aux enquêteurs que les personnes interrogées ont peut-être eu à l’esprit la Première Guerre mondiale, la bombe atomique au Japon ou les guerres de décolonisation.

Enfin, 57% des jeunes du monde – et presque autant de jeunes Français (56%) – estiment qu’une Troisième Guerre mondiale est possible « dans les années qui viennent », une opinion qui va de 35% au Japon à 86% en Ukraine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous