Amirshahi (PS): pas de « mise à l’index » des enfants n’ayant pas respecté la minute de silence

logo AFP

Le député PS Pouria Amirshahi a mis en garde mardi contre toute « mise à l’index » des enfants ayant perturbé la minute de silence en hommage à Charlie Hebdo.

« Il y a une erreur à ne pas commettre, c’est de considérer que les gamins qui n’ont pas respecté la minute de silence soient de fait bannis, avec une sorte de mise à l’index et une injonction à penser comme nous », a déclaré sur RFI le député des Français de l’étranger (Afrique du nord-ouest).

« Aller voir un gamin en lui disant +tu n’as pas respecté la minute de silence, c’est pas bien+, en gros +Sois Charlie et tais toi+, ça ne règlera pas le problème », selon l’élu socialiste.

Pour lui, « il faut que l’Education nationale joue son rôle: quand on détecte un gamin qui à un moment donné ne se met pas dans un cadre républicain ou n’intègre pas des principes de vivre ensemble etc., on va le voir, on cause avec lui et puis petit à petit, par le système éducatif, on essaie de le sortir de cette situation ».

Il juge nécessaire de « rappeler les règles: la France est laïque, on n’a pas à mettre en accusation son voisin parce qu’il serait d’une autre religion, d’une autre culture » mais « en même temps, il faut pouvoir discuter avec tous ces gamins-là pour que petit à petit revienne » cette « petite république des enfants où, quelle que soit son origine sociale ou culturelle, on puisse vivre ensemble ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous