Chevènement: un professeur de dessin n’aurait pas le droit de caricaturer Mahomet à l’école

logo AFP

L’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement a jugé samedi sur Europe 1 que « Charlie Hebdo a le droit de faire ce qu’il veut » mais qu’à l’école « un professeur de dessin n’aurait pas le droit de faire la caricature de Mahomet ».

L’ancien ministre de l’Intérieur et de la Défense, a estimé par ailleurs qu’il « n’y a pas besoin d’un Patriot act » en France sur le modèle de la législation adoptée aux Etats-Unis après le 11 septembre 2001 « car nous devons nous défendre par les moyens du droit ».

« Nous avons des procédures tout à fait adaptées et peut-être peut-on faciliter les interceptions de sécurité pour tout ce qui relève du terrorisme », a-t-il ajouté, en citant aussi la nécessité d’un fichier des personnes voyageant par avion.

« La police de proximité que j’avais créée et que Monsieur Sarkozy a laissé dépérir nous manque beaucoup parce qu’il faut connaître le terrain », a-t-il aussi regretté.

Le fondateur du Mouvement républicain et citoyen et ancien ministre de l’Education s’est livré à un vibrant plaidoyer de la laïcité, qui « n’est pas tournée contre les religions ».

« Charlie Hebdo a le droit de faire ce qu’il veut, c’est la liberté d’expression, mais dans l’école un professeur de dessin n’aurait pas le droit de faire la caricature de Mahomet ». Il a cité à l’appui une lettre de Jules Ferry aux enseignants : « vous devez toujours vous interroger sur le fait que ce que vous allez dire ne doit pas blesser non seulement la conscience de l’enfant, mais aussi la conscience de ses parents ».

Jean-Pierre Chevènement a été reçu samedi matin par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a reçu après lui successivement trois autres de ses prédécesseurs place Beauvau, Claude Guéant, Jean-Louis Debré et Dominique de Villepin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous