Valeurs de la République à l’école: les sénateurs UMP demandent une commission d’enquête

logo AFP

Les sénateurs UMP ont demandé jeudi la création d’une commission d’enquête sur « les menaces qui pèsent sur l’école de la République », estimant qu' »il faut à l’école apprendre le respect de la France ».

« La lutte contre le terrorisme doit être prise à la base et les témoignages des enseignants qui se multiplient nous montrent que l’école qui est le creuset de la République ne remplit pas pleinement sa mission d’éducation », souligne dans un communiqué le chef du groupe UMP, Bruno Retailleau.

« Il faut rétablir l’autorité à l’école. Il faut rétablir la relation maître-élève. Il faut gommer les différences à l’école. Il faut à l’école apprendre le respect de la France, ce qui passe par le respect de ses symboles », ajoute l’élu de Vendée. « Il est grand temps de venir en aide aux enseignants qui rencontrent de réelles difficultés. »

Les constats de cette éventuelle commission d’enquête, qui serait créée en accord avec le président du Sénat Gérard Larcher, « déboucheront sur des propositions de loi », a poursuivi M. Retailleau.

« La question de la lutte contre le djihadisme en France, c’est bien sûr le renforcement des moyens de renseignements, de l’arsenal juridique, pénal et la projection de nos armées à l’extérieur. C’est aussi la question du rôle et de la place de notre école », souligne encore le sénateur.

La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a lancé une consultation avec la communauté éducative en vue d’une « grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République », à la suite des incidents dans les établissements scolaires après les attentats qui ont endeuillé la France la semaine dernière.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous