Incidents pendant la minute de silence: Ciotti (UMP) demande des sanctions, allant jusqu’à supprimer les allocs

logo AFP

Le député UMP Eric Ciotti a proposé jeudi de mettre en place un dispositif pouvant aller jusqu’à la suppression des allocations familiales aux familles d’élèves ayant perturbé la minute de silence en hommage aux victimes d’attentats en France.

« Les Français ont découvert avec stupéfaction » que cette minute de silence « avait été perturbée dans des centaines d’établissement scolaires », ce qui « témoigne d’une défiance à l’égard de la démocratie mais elle traduit également des failles majeures de l’autorité parentale », écrit le président du conseil départemental des Alpes-maritimes dans un communiqué.

Il a donc « déposé ce jour une proposition de loi visant à rétablir le Contrat de responsabilité parentale supprimé en janvier 2013 par le gouvernement ».

« Ce contrat aura pour objectif de rappeler aux parents qui se désengagent de leur responsabilité que le premier de leurs devoirs réside dans l’exercice de l’autorité parentale. Je propose ainsi l’instauration d’un dispositif contractuel équilibré et gradué d’accompagnement des parents d’enfants dont le comportement perturbateur aura été signalé par l’Éducation nationale au président du Conseil général en charge de la protection de l’enfance. Ce dispositif pourrait aller jusqu’à la suppression des allocations familiales ».

« La suspension des allocations familiales doit donc être perçue avant tout comme une mesure de dissuasion pour faire prendre conscience aux parents de la gravité de la situation pour leur enfant », ajoute M. Ciotti.

Quelque 200 incidents liés aux attentats de la semaine dernière ont eu lieu dans les établissements scolaires dont une quarantaine signalés à la police et la justice, a indiqué mercredi la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous