Debré (UMP) veut le port de l’uniforme et le drapeau tricolore à l’école

logo AFP

Le député UMP Bernard Debré propose d’introduire le port de l’uniforme à l’école et d’afficher les paroles de La Marseillaise et le drapeau tricolore dans toutes les classes afin que les élèves se sentent dans un « sanctuaire républicain ».

« L’école de Jules Ferry est devenue l’école des différences, de l’indiscipline et parfois du rejet des valeurs de notre République, comme en témoignent les réactions d’élèves dans certains établissements à la suite des attaques terroristes », estime dans un communiqué jeudi le député de Paris, qui compte déposer une proposition de loi sur le sujet.

« Or, l’école doit être le lieu où se forme le sentiment d’appartenance à notre communauté nationale et à la République. C’est pourquoi, des mesures à la fois symboliques et fortes s’imposent », ajoute-t-il.

« D’abord, le port d’un uniforme dans les écoles, les collèges et les lycées doit redevenir la règle. Cela permettrait de redonner aux élèves la conscience qu’être à l’école, c’est être dans un lieu spécifique, républicain et protecteur », estime-t-il.

« Ensuite, il faut faire revenir dans les salles de classe les symboles de la République française. Le drapeau tricolore et l’hymne national doivent être présents dans toutes les classes », conclut-il.

La loi sur la refondation de l’école adoptée en juin 2013 prévoit déjà un certain nombre de dispositions de ce type. Les élèves doivent apprendre l’hymne national comme l’hymne européen. La devise de la République et le drapeau tricolore doivent être apposés sur le fronton des établissements, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 doit être affichée dans les écoles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous