Châteauroux: trois lycéens mis en examen après l’agression d’un camarade pro-Charlie Hebdo

logo AFP

Trois lycéens de Châteauroux, soupçonnés d’avoir violemment agressé un de leurs camarades qui avait pris fait et cause pour Charlie Hebdo sur Facebook après les attentats du 7 janvier, ont été mis en examen jeudi par le juge des enfants.

Les trois adolescents, âgés de 15 et 16 ans, ont été mis en examen pour « violences en réunion », a-t-on indiqué au parquet de Châteauroux.

La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, devrait visiter vendredi après-midi le lycée technique et professionnel Blaise Pascal de Châteauroux, où l’agression a eu lieu, a-t-on indiqué à la préfecture de l’Indre, qui attendait jeudi soir une confirmation du ministère.

Un élève de ce lycée qui avait posté sur le réseau social des messages de « tolérance et de laïcité » a été sévèrement molesté vendredi dernier par d’autres élèves dans le garage à vélo de l’établissement scolaire, selon le proviseur du lycée, M. Fabien Lascaux.

La victime, âgée de 15 ans, a été sérieusement blessée et une incapacité totale de travail de huit jours lui a été délivrée, selon le chef d’établissement.

Les trois lycéens soupçonnés d’avoir agressé leur camarade avaient été convoqués lundi par la direction du lycée et comparaîtront prochainement en commission de discipline. Ils reconnaissent les faits et disent « s’être énervés », selon le responsable de l’établissement scolaire qui accueille un millier d’élèves et d’étudiants.

Deux des lycéens ont été exclus temporairement de l’établissement en attendant la réunion de la commission de discipline.

Par ailleurs, une semaine de la citoyenneté va être organisée, la semaine prochaine, dans l’enceinte du lycée, a encore indiqué M. Lascaux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous