Sarkozy va recevoir autorités religieuses, syndicats de police et d’enseignants

logo AFP

Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, va recevoir les autorités religieuses, les syndicats de police et d’enseignants, a-t-on appris mardi auprès de plusieurs participants à la réunion du groupe UMP à l’Assemblée.

Ils seront reçus « dans les prochains jours », a-t-on ajouté à l’UMP, sans plus de précisions.

Après les assassinats de la semaine dernière par trois Français jihadistes, M. Sarkozy a participé une nouvelle fois à la réunion des députés UMP de l’Assemblée, pour saluer « la dignité et la responsabilité » de son parti.

« C’est ce qui fait notre force, ce qui nous différencie de Marine Le Pen », a-t-il dit, selon les mêmes sources.

Selon lui, « il y a des tensions dans le pays comme jamais nous n’en avons connues. Il suffirait de peu de choses pour qu’il y ait des affrontements communautaires. Notre attitude digne et responsable est à la fois notre honneur et devoir », a insisté l’ex-chef de l’Etat.

« Je soutiens totalement la création d’une commission d’enquête parlementaire », a également affirmé M. Sarkozy. A ses yeux, il y a aujourd’hui une « exigence de vérité » et « les parlementaires sont les plus légitimes » pour faire apparaître cette vérité.

Le président de l’UMP a également indiqué qu’il réunirait mercredi à 10H30 au siège du parti tous les spécialistes de son parti en matière de sécurité: anciens ministres de l’Intérieur, anciens président de Commissions, experts…

But de la réunion: analyser les propositions que le Premier ministre Manuel Valls devait présenter mardi après-midi à l’Assemblée, débattre des propositions propres à l’UMP.

M. Sarkozy a redit que les services de renseignements français devaient « collaborer avec les services secrets étrangers, même en cas de désaccords politiques avec les pays ». Il a cité le Maroc, la Tunisie et la Turquie.

L’ancien président de la République a aussi mis en avant son bilan, par exemple sur la création du CFCM (Conseil français du culte musulman) qu’il a eu « du mal à faire mais qui a le mérite d’exister », ou sur la politique pénale (notamment avec la création en 2003 du fichier des empreintes génétiques).

Sur ce dernier point, il a critiqué Christiane Taubira, ministre de la Justice, « qui refuse depuis deux ans et demi de créer des places de prison supplémentaires ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous