Attentats: les profs ne doivent pas se sentir seuls (Vallaud-Belkacem)

logo AFP

Les professeurs ne doivent pas se sentir isolés ni démunis « face aux demandes des élèves » ni aux « attentes de la société » après les attentats, a déclaré mardi Najat Vallaud-Belkacem devant les recteurs réunis au lycée Louis-le-Grand à Paris, en présence du Premier ministre.

« La difficulté pour les personnels des écoles et des établissements à gérer l’émotion face à l’innommable a été établie », a déclaré la ministre de l’Éducation nationale aux cadres du ministère, à qui elle demande de se « mobiliser » pour répondre aux besoins des personnels, selon le texte de son discours transmis à la presse.

« Tous doivent pouvoir obtenir rapidement des réponses à leurs interrogations, notamment pédagogiques, et bénéficier des outils et conseils adaptés à leur réalité ».

Mme Vallaud-Belkacem a mentionné « une centaine » d’incidents » recensés, « sans doute davantage ». La rue de Grenelle avait précédemment évoqué des incidents dans 70 établissements lors de la minute de silence en hommage aux victimes jeudi. Ces incidents « inacceptables » ont « fait l’objet de traitements immédiats, sous forme de dialogue éducatif et/ou de sanctions ».

« Le sentiment de désespérance, l’accroissement des inégalités et de la prévalence du déterminisme social, l’incapacité collective à prévenir le décrochage scolaire endémique d’une partie de notre jeunesse, ont entamé la mission d’égalité de l’école », a-t-elle souligné.

« Les discriminations, l’écart entre les valeurs affichées et les réalités vécues, les replis identitaires, les velléités communautaristes, les logiques d’entre soi ont parfois affaibli son ambition de fraternité. Comment transmettre le vivre-ensemble quand les élèves ne font plus l’expérience de la mixité sociale » à l’école ? , a-t-elle relevé, soulignant que la refondation engagée au début du quinquennat vise à « rétablir la performance du système éducatif » et à « rendre à l’école sa mission et sa place de vivier de citoyenneté ».

La formation continue des enseignants « sera renforcée », a-t-elle dit. Sur l’enseignement laïc des faits religieux et la laïcité, un livret est en préparation pour les chefs d’établissements et directeurs d’école. L’enseignement moral et civique, dit « morale laïque » initié par l’ancien ministre Vincent Peillon, entrera en vigueur du primaire à la terminale à la rentrée 2015, a-t-elle rappelé.

« Il intègrera de manière transversale une éducation aux médias, les problématiques de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et toutes les formes de discriminations, les notions de droits et de devoirs, le principe de laïcité ».

Elle a aussi souhaité « une attention particulière » pour « l’enseignement en milieu pénitentiaire et dans les centres éducatifs fermés ».

Un livret de prévention de la radicalisation, qui « s’apparente à une dérive sectaire », sera « prochainement » diffusé aux personnels de l’éducation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous