Charlie Hebdo et les enfants : « il est nécessaire de leur en parler »

Au lendemain de la grande marche républicaine et des attentats qui ont frappé Charlie Hebdo et une épicerie casher parisienne, Claude Halmos, psychanalyste, a expliqué samedi, sur RTL, comment parler des attentats à son enfant.

Je-suis-charlie-640Samedi 10 janvier, au lendemain des prises d’otage à l’épicerie casher de la porte de Vincennes (Paris) et à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), et trois jours après la fusillade à Charlie Hebdo, la radio RTL recevait, dans le cadre de son émission « Le journal inattendu », des élèves de seconde, le dessinateur de presse Plantu, ainsi que la psychanalyste Claude Halmos.

Cette dernière est revenue sur la grande question qui taraude les parents d’élèves, autant que les enseignants, depuis mercredi dernier – devons-nous parler des attentats aux enfants ? -, en centrant son propos sur la petite enfance.

« Il est absolument nécessaire que les parents leur en parlent, surtout s’il s’agit de petits enfants. Tout le monde, aujourd’hui, parle de cela en France. Les enfants en entendent parler. Si l’on ne dit pas les faits, ils peuvent se raconter n’importe quoi, et ce qu’ils peuvent se fabriquer avec leur imagination sera toujours 1000 fois pire que la réalité. Parler, c’est de la prévention », explique Claude Halmos.

Leur parler de Charlie

Comment en parler ? “Il faut d’abord les écouter, c’est-à-dire leur demander ce qu’ils savent, comment ils l’ont appris, ce qu’ils en pensent, de façon à partir de ce qu’ils pensent eux, pour les faire progresser vers la vérité. Il faut ensuite raconter les faits, très sobrement, de façon à ce que ça ne prête pas une image terrifiante, mais en racontant bien les faits, sans détails », note la psychanalyste.

Ensuite, charge aux parents d’expliquer à leurs enfants que « le monde n’est pas pour autant une jungle, où tout peut arriver n’importe comment… mais que les gens réagissent. Voilà pourquoi il est très important de leur parler des manifestations qui se sont déroulées ces derniers jours, de leur parler de Charlie, ce mot si beau, qui signifie que tout le monde s’est rassemblé autour de valeurs ».

Enfin, les parents doivent être rassurants : « il faut leur parler de la police, du plan vigipirate, et du fait que nous sommes protégés. Sinon, c’est terrifiant pour un enfant de penser qu’un homme armé pourrait entrer n’importe où, n’importe comment et tuer tout le monde. »

1 commentaire sur "Charlie Hebdo et les enfants : « il est nécessaire de leur en parler »"

  1. Marie  12 janvier 2015 à 17 h 40 min

    Ma petite fille de 5 ans est entree dans le salon jeudi matin avec un livre de Charb a la main en me disant: ils sont morts a cause de ca maman?
    Au dela du fait que je suis tombee de haut en me disant ben oui, des dessins ont cause des morts, quelle absurdite, je me suis posee la question sur le : comment expliquer l’horreur a une enfant de 5 ans sans lui faire peur davantage?
    Je lui ai demande ce qu’elle avait compris et ce qu’elle voulait savoir, j’ai essaye de repondre a ses questions, sans tabou, en utilisant des mots simples.
    Je lui ai explique qu’elle aurait certainement une minute de silence en classe.
    Dimanche matin elle nous a demande pour aller a la marche.
    Maintenant, je me dis que 5 ans, c’est peut etre un peu tot pour parler de tout cela. Mais si elle est demandeuse et que je decide de lui repondre, je le ferai dans un langage plus realiste que les bons et les mechants.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous