Attentats: plusieurs sites internet piratés

logo AFP

« J’atteste qu’il n’y a de Dieu qu’Allah »: plusieurs sites internet, d’établissements scolaires et d’entreprises ont été piratés dimanche par des activistes se revendiquant d’une cyber-résistance tunisienne, alors que des marches républicaines se déroulaient à Paris et en province après les attentats jihadistes.

Les pages d’accueil des sites internet de plusieurs lycées de l’académie de Créteil, dont l’établissement Henri-Moissan à Meaux, et Charles-de-Gaulle à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), où les deux frères Kouachi se sont réfugiés dans une imprimerie avant de mourir, ont été la cible de ces cyber-attaques revendiquées par un groupe dénommé « Fallaga Team ».

« De nombreux serveurs d’établissements scolaires de l’académie de Créteil ont eu leurs pages d’accueil modifiées par des interventions frauduleuses », a précisé à l’AFP le ministère de l’Éducation nationale. « Les sites vont être suspendus » le temps pour les équipes du rectorat de Créteil de les « rétablir le plus rapidement possible », a-t-on ajouté.

Les pages Facebook de la cathédrale de Vannes, du club de sport Fitness et d’un groupe de parapharmacie, entre autres, ont également été victimes de cette attaque, que le groupe revendique sur son compte Twitter.

Sur un fond d’écran noir, un message: « J’atteste qu’il n’y a de dieu qu’Allah. J’atteste que Muhammed est le messager de Allah. » En bas de page, un médaillon représente un combattant et le drapeau tunisien.

« Nous sommes habitués à votre faiblesse quand vous avez tués (sic) des innocents en Tunisie et en Algérie. Mais aujourd’hui, vous avez dépassé vos limites! », est-il écrit.

« Aujourd’hui, nous sommes ici pour protéger notre religion », écrit le groupe Fallaga, qui « sera toujours l’obstacle ». « Vous ne pourrais (sic) le dépasser », prévient le message.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous