Vallaud-Belkacem partage une minute de silence avec des lycéens parisiens

logo AFP

Najat Vallaud-Belkacem a assisté jeudi, à midi, à une minute de silence dans la cour du lycée Buffon à Paris sous la pluie, afin d’exprimer son « immense solidarité » aux proches des victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, a constaté une journaliste de l’AFP.

« C’est aujourd’hui une journée de deuil national et je tenais à être présente (…) aux côtés des personnels et des élèves pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de hier (mercredi) et pour dire à leurs proches l’immensité de notre solidarité », a dit la ministre de l’Education nationale, dans une courte déclaration à la presse.

L’école, « c’est le lieu qui fait vivre et qui transmet les valeurs de la République, violemment attaquées hier », mercredi, a-t-elle ajouté, protégée par un parapluie.

Un millier de lycéens et élèves de classes préparatoires se sont réunis en cercle autour d’une inscription géante « Buffon est Charlie » au sol surplombant un dessin de crayon, réalisée spontanément par les élèves avec l’accord du proviseur, selon Anisse Boukraa, vice-président du Conseil de vie lycéenne.

« Ca nous a profondément touché, ce qui s’est passé, a-t-il dit. « Même si Charlie peut être considéré comme provocateur, ça ne mérite pas ça ». « On ne veut pas céder à la haine, à la peur, on ne veut pas d’amalgame ».

Le dessin, « c’était pour rendre hommage aux morts et aux familles », a expliqué Arthur, qui y a participé et était au rassemblement mercredi, place de la République à Paris. Il a appelé à manifester « encore et encore, que ce mouvement ne s’essouffle pas, que ce ne soit pas arrivé en vain ».

« Pensez à éteindre vos portables », a dit le proviseur après avoir expliqué qu’une première sonnerie marquerait le début de la minute de silence, et une deuxième sa fin. A la fin de cette minute, des applaudissements nourris ont retenti.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous