Education: la FSU appelle à la grève le 3 février

logo AFP

La FSU, première fédération de l’éducation, appelle enseignants et autres personnels du primaire et du secondaire à la grève le 3 février, pour les conditions de travail, l’emploi et la revalorisation des salaires, ont indiqué ses dirigeants au site des Echos mardi.

« On est au milieu du gué en ce qui concerne la refondation de l’école et les personnels », a déclaré Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU. « Sur les conditions de travail, sur la formation, sur les salaires, on n’avance pas assez vite ». La FSU invitera d’autres organisations syndicales à rejoindre cette grève, précisent Les Echos.

« On a le sentiment que l’éducation est devenue un sujet secondaire », a aussi déploré Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, au lendemain d’une intervention de deux heures de François Hollande à la radio, où le chef de l’Etat a brièvement évoqué l’école.

M. Sihr réclame notamment davantage de formation continue pour les professeurs : « comment faire une rénovation pédagogique sans former ceux qui sont directement concernés au quotidien ? », pointe-t-il.

Les enseignants français, dont les salaires sont considérés comme bas par rapport à d’autres pays, pour un métier qui recrute à Bac+5, sont soumis au gel du point d’indice depuis plusieurs années, comme tous les fonctionnaires.

Dans ce contexte, la publication au Journal officiel pendant les vacances de Noël d’une augmentation de 10.000 euros par an d’une indemnité versée aux recteurs d’académie est mal passée auprès des personnels.

La FSU a confirmé son rang de première fédération de l’éducation mais a cédé du terrain lors des élections professionnelles en décembre, recueillant 35,5% des voix contre 40,6% en 2011.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous