Légion d’honneur: Geneviève Fioraso « prend acte » du refus de Thomas Piketty

logo AFP

Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la recherche, qui a proposé le nom de Thomas Piketty pour la Légion d’honneur, a « pris acte » de son refus et salué « l’excellence » de son travail, dans une réaction transmise jeudi à l’AFP.

En proposant à la grande Chancellerie la distinction de chevalier de la Légion d’Honneur, la secrétaire d’Etat avait souhaité « rendre hommage au travail de recherche d’excellence mené par Thomas Piketty au sein de l’école d’économie de Paris ».

« Ce travail qui bénéficie d’une renommée internationale méritait d’être distingué par la République française », a-t-elle ajouté.

L’économiste avait « la liberté d’accepter ou non cette distinction » et « il a choisi de la refuser, ce dont nous prenons acte », a réagi Geneviève Fioraso, soulignant que « l’excellence et la visibilité de son travail demeurent ».

« Thomas Piketty n’a pas été prévenu avant la publication au Journal Officiel » jeudi, a souligné la rue de Grenelle.

« Je refuse cette nomination car je ne pense pas que ce soit le rôle d’un gouvernement de décider qui est honorable », a déclaré plus tôt Thomas Piketty à l’AFP, invitant le gouvernement à « se consacrer à la relance de la croissance en France et en Europe ».

Thomas Piketty, un temps proche du Parti socialiste, est aujourd’hui très critique à l’égard de la politique menée par le président François Hollande, regrettant, entre autres, que l’exécutif n’ait pas lancé une profonde réforme fiscale, dans le sens d’une plus grande progressivité de l’impôt.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous