Le boxeur britannique Amir Khan offre son aide pour recontruire l’école de Peshawar

logo AFP

Le boxeur britannique d’origine pakistanaise, Amir Khan, a promis mercredi d’apporter son aide pour reconstruire l’école pour enfants de militaires de Peshawar où un assaut des Talibans a fait 149 morts, la plupart des écoliers, massacrés dans l’attaque la plus meurtrière de l’histoire du Pakistan, le 16 décembre.

Khan s’est rendu dans cette région (nord-ouest) endeuillée pour montrer sa solidarité avec les victimes et leurs familles.

« Ce qui s’est passé à Peshawar est absolument terrifiant et répugnant », a déclaré le champion des rings, 28 ans, vice-champion olympique des légers aux JO d’Athènes en 2004 lors d’une conférence de presse à Islamabad.

« Après être devenu père moi-même récemment, je ne peux imaginer comment les familles de ces enfants innocents se sentent », a-t-il ajouté.

« Je veux offrir mon aide au gouvernement du Pakistan et à toutes les parties prenantes, n’importe quelle aide de ma part, pour reconstruire l’école endommagée et aider à la lutte contre le terrorisme », a ajouté l’ancien champion du monde des super-légers devenu poids welter, qui compte 33 combats chez les professionnels dont 30 victoires.

Le boxeur d’origine pakistanaise a précisé qu’il fonderait des académies Amir Khan pour soutenir des jeunes dans les domaines de la santé et de l’éducation dans plusieurs villes pakistanaises à sélectionner.

La semaine dernière, Khan a indiqué qu’il prévoyait de mettre aux enchères deux shorts pour la somme de 45.000 dollars afin de récolter de l’argent pour aider à la reconstruction de l’école.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous