Etudiant poignardé à Toulouse: 30 et 15 ans de réclusion requis

logo AFP

L’accusation a requis vendredi 30 et 15 ans de réclusion criminelle à l’encontre des deux jeunes hommes accusés d’avoir poignardé en 2011 à Toulouse un étudiant qui refusait de se laisser détrousser.

Le verdict est attendu vendredi soir, après les plaidoiries des avocats de la défense.

L’avocat général Pierre Bernard a clairement distingué les rôles des deux accusés dans cette agression mortelle: selon lui, c’est bien Hicham Ouakki, 22 ans, qui a porté le coup de couteau mortel à Jérémy Roze, étudiant en dernière année de pharmacie. Il a requis en conséquence 30 années de réclusion, tenant également compte de son très lourd passé de délinquant multirécidiviste.

Contre Driss Arab, 24 ans, M. Bernard a requis 15 ans de réclusion: l’avocat général a considéré que ce dernier était bel et bien présent au moment de l’agression de Jérémy, mais qu’il n’avait pas porté le coup de couteau. Il a en outre estimé qu’il fallait tenir compte de son casier judiciaire vierge.

« L’empathie n’est pas leur fort. On a même l’impression qu’ils en sont incapables », a résumé l’avocat général.

Le soir de l’agression de Jérémy Roze, « ils auraient pu prendre conscience qu’une agression, ça peut mal tourner. Ça les bouleverse? Non, ou en tout cas pas bien longtemps. Le jour même, ils recommencent. C’est consternant », a ajouté l’avocat général en rappelant que la série d’agressions perpétrées par les deux hommes contre des passants ne s’était pas arrêtée avec la mort du jeune étudiant.

Un troisième homme, au rôle beaucoup plus secondaire, était également jugé dans ce procès. Ce dernier, libre, ne s’est pas présenté devant ses juges. L’avocat général a toutefois jugé qu’il n’était pas coupable des faits pour lesquels il était renvoyé, notamment le recel de l’arme.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous