Plusieurs centaines d’étudiants infirmiers manifestent à Paris pour leurs frais d’inscriptions

logo AFP

Plusieurs centaines d’étudiants infirmiers formés à Paris, 600 selon la police, ont manifesté jeudi dans la capitale contre le risque de devoir payer l’intégralité de leur formation, soit 8.000 euros par an, contre moins de 200 euros actuellement.

Derrière une banderole « formation en danger, étudiants mobilisés » ou brandissant une pancarte sur laquelle on pouvait lire « 184 euros annoncés, 8.000 euros demandés? » , les manifestants ont défilé en direction du siège de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), dans le 4e arrondissement.

A l’origine de leur mécontentement, un recensement commandé par l’AP-HP à ses 18 instituts de formation en soins infirmiers pour vérifier la situation de leurs étudiants, et justifier la prise en charge de leur formation par le conseil régional d’Ile-de-France.

La grande majorité des étudiants infirmiers de l’AP-HP voient leur formation subventionnée par les collectivités, en fonction d’une liste de critères, comme être en formation initiale ou inscrit à Pôle emploi.

Mais dans les rares cas (moins de 1%, selon l’AP-HP), où les étudiants ne sont pas éligibles à ces aides, ces derniers doivent financer eux-même leur scolarité.

Or, « pour les étudiants des promotions 2014, l’AP-HP a récemment constaté que certains n’avaient pas fourni les documents nécessaires à la justification de la prise en charge financière de leurs études » explique l’AP-HP dans un communiqué, « alors qu’elle doit rendre compte au Conseil régional Ile-de-France de la bonne utilisation de sa subvention (43 millions d’euros) ».

Selon elle, plus d’un quart des 2.000 dossiers d’inscriptions de 2014 sont incomplets.

Les étudiants craignaient donc d’avoir à débourser 8.000 euros pour l’année en cours, voire pour les années antérieures, sans en avoir été avertis lors de leur inscription, rapporte Loïc Massardier, président de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers.

Les manifestants ont obtenu des garanties lors d’une réunion jeudi après-midi avec des représentants de l’AP-HP et du Conseil régional.

Aucun paiement ne sera « exigé pour les étudiants entrés en formation en 2012 et en 2013 en raison d’un manque d’information préalable puisqu’il n’y avait pas le niveau d’information nécessaire », a annoncé l’AP-HP en fin de journée.

Pour ceux rentrés en 2014 et qui devraient au final payer leurs frais d’inscription, l’AP-HP assure que « la régularisation de leur situation s’effectuera au cas par cas et en étroite concertation avec la Région Ile-de-France ».

En outre, l’AP-HP s’engage dès 2015 à fournir une information complète « détaillant les conditions de financement » et prévient qu’aucun élève ne sera scolarisé si son dossier est incomplet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous