Payer les enseignants au mérite ? N. Vallaud-Belkacem préfère « mieux les former »

Interrogée lundi sur la rémunération au mérite des enseignants, Najat Vallaud Belkacem a estimé qu'il valait mieux mettre l'accent sur la formation et l'accompagnement.

enseignante

© Henlisatho – Fotolia

Payer les enseignants au mérite ? Najat Vallaud-Belkacem n’y est pas favorable. Le serpent de mer a resurgi lundi lors du passage de la ministre de l’Education nationale au 20h de TF1. Interrogée sur cette pratique, en vigueur notamment en Grande-Bretagne et en Suède, Najat Vallaud-Belkacem a estimé qu’il était préférable de mettre l’accent sur la formation et l’accompagnement des professeurs.

En France, pas de mise en concurrence des établissements

« Ce système dans lequel vous allez payer 10 000 € par mois un enseignant [sans dire] combien vous payez les autres, est-ce qu’il est vraiment satisfaisant ? J’estime que nous avons plutôt intérêt à mieux former les enseignants […], à les accompagner davantage au quotidien […] et à leur permettre d’exercer dans de bonnes conditions ».

Pour la ministre, le système scolaire français « a l’avantage de ne pas chercher à tout prix à mettre en concurrence les établissements les uns avec les autres ». « Nous ne sommes pas dans cette culture de la concurrence et du différentiel de salaire », a-t-elle estimé.

La rémunération au mérite, un sujet sensible

L’idée de payer les enseignants selon leurs performances suscite depuis plusieurs années de vifs débats entre partisans et détracteurs. En France, le sujet est encore sensible. En 2008, Michel Rocard avait démissionné de la commission Pochard sur la revalorisation du métier d’enseignant, à la suite d’un article lui prêtant la volonté de rémunérer les enseignants au mérite.

Une pratique que l’ancien ministre de l’Education Luc Chatel avait bien tenté d’amorcer en faisant passer en force un nouveau système d’évaluation des enseignants par les chefs d’établissement, juste avant l’arrivée au pouvoir de François Hollande en mai 2012. Réforme qui avait été annulée dès la prise de fonction de son successeur Vincent Peillon.

5 commentaires sur "Payer les enseignants au mérite ? N. Vallaud-Belkacem préfère « mieux les former »"

  1. Fisso prof  19 décembre 2014 à 15 h 09 min

    Bonjour,
    J’hésite à poser la question sur la rémunération des professeurs, mais madame le Ministre semble bien mal renseignée sur ce que gagne réellement un professeur… Personnellement, à 45 ans et après 18 ans dans l’éducation nationale, en lycée, je n’ai « que » 1 900 euros net… j’aimerai bien savoir quels sont les professeurs chanceux qui gagnent 10 000 euros ? est-ce une moyenne ? est-ce le salaire en fin de carrière ? si c’est cela, je vais avoir une sacrée augmentation d’ici la retraite ! Merci d’éclairer la situation, car j’ai de sacrés doutes !
    Au plaisir de vous lire…Signaler un abus

    Répondre
    • Maya  2 janvier 2015 à 9 h 58 min

      Bonjour. Je n’ai pas eu connaissance de l’interview de la Ministre de l’enseignement, mais je pense que les 10000 euros ne font en aucun cas référence à une situation française (ça se saurait!). Je pense plutôt qu’elle faisait allusion aux « super-profs » qui existent en Angleterre, et qui sont effectivement parfois payés à ce tarif (même dans le public, si si!). Mais nous savons bien qu’en France, nous n’en arriverons jamais là, car un un enseignant n’est bien évidemment pas aussi utile à la société qu’un infirmier libéral, un notaire, ou encore un commercial d’un grand groupe (je précise que ce n’est pas mon avis, mais celui que j’ai coutume d’entendre au quotidien). Je comprends pour ma part qu’il y ait une crise des vocations…Signaler un abus

      Répondre
    • Robert Jambon  5 janvier 2015 à 13 h 19 min

      Pour un professeur de lycée, vous ne savez pas lire et comprendre un sujet. Un comble !Signaler un abus

      Répondre
  2. chtiprof  20 décembre 2014 à 23 h 34 min

    Je suis enseignant dans le secondaire. J’ai suivi l’interview de la ministre. Je pense également que le salaire au mérite n’est pas une bonne chose et qu’elle sera encore moins objective (rien que la notation actuelle des enseignants ne l’est pas).
    Par contre, ce qui est vrai, c’est que le salaire des enseignants doit sérieusement être revu à la hausse (je parle de la base salariale et non des primes données récemment aux enseignants du primaire ou bien encore la revalorisation des jeunes enseignants du fait du recrutement au niveau master 2 (les enseignants étant précédemment recruté en licence (+1 an de préparation au concours, sauf en SVT et en histoire Géographie où le niveau était en maitrise +1 an de préparation au concours (donc bac +5 au final pour eux)…..

    Revenons en au salaire des enseignants, salaire gelé une première fois et prolongé à ce jour. En 30 ans, leur pouvoir d’achat a baissé de 20% et elle fait tout juste partie des salaires dans la moyenne, pour un concours élitiste ne l’oublions pas !!!!
    Il ne faut pas s’étonner si les étudiants s’écartent de la profession qui en parallèle est de plus en plus compliquée au quotidien, avec non seulement des élèves de plus en plus difficiles à gérer pour différentes raisons mais aussi un système archaïque dont l’enseignant est le premier à en faire les frais…

    La réponse à de nombreux maux dans l’éducation nationale est donc de prendre conscience qu’il est grand temps de revaloriser la profession et de façon significative !Signaler un abus

    Répondre
  3. Robert Jambon  5 janvier 2015 à 13 h 25 min

    Bof, je ne suis pas vraiment d’accord. J’ai des amis enseignants et franchement, ils ne sont pas plus à plaindre que les autres. Dans les PME aussi les salariés ont vu leur pouvoir d’achat baisser de façon significative depuis ces dernières décennies, et avec le chômage de masse, toute promotion est quasiment impossible et les salaires au recrutement sont tirés vers le bas.

    Donc les enseignants et plus généralement, les fonctionnaires, font partie des gens protégés en cette période d’incertitude et il est de bon ton de se rendre compte de cette chance plutôt que de réclamer plus.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous