Manuel Valls en Bretagne, un an après la crise des Bonnets rouges

logo AFP

Manuel Valls est attendu jeudi et vendredi à Brest puis Rennes, pour « faire le point », un an après sa signature, sur le « Pacte d’avenir pour la Bretagne ».

La Bretagne était alors secouée par une importante crise économique et sociale, marquée par des restructurations dans les télécoms, l’automobile et l’agro-alimentaire, avec à la clef des milliers de suppressions d’emplois, et les protestations des Bonnets rouges contre l’écotaxe, abandonnée depuis.

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault avait en retour élaboré ce Pacte d’avenir d’un montant de deux milliards d’euros.

« J’aurai l’occasion de dire que les engagements ont été non seulement tenus mais qu’ils vont être renforcés par la signature du Contrat de Plan Etat Région (CPER) 2015-2020 (qui) va mobiliser plus d’un milliard d’euros de l’Etat et de la région, dont 520 millions apportés par l’Etat », a indiqué mardi Manuel Valls devant l’Assemblée nationale.

La signature du protocole d’accord sur le CPER aura lieu jeudi matin à Brest, en présence de plusieurs responsables économiques et sociaux régionaux.

Les Bonnets rouges ont indiqué qu’ils comptaient se rassembler à Brest dans la matinée, pour protester contre la visite du Premier ministre. La CGT compte aussi organiser un autre rassemblement, avec d’autres syndicats.

Manuel Valls sera accompagné du ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, ainsi que du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu. Jean-Yves Le Drian a été président du Conseil régional de Bretagne de 2004 à 2012 et Marylise Lebranchu députée du Finistère.

Manuel Valls doit ensuite visiter la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), avant de rejoindre en bateau les chantiers navals de DCNS de Brest, où sont notamment assemblées des hydroliennes.

A Rennes vendredi, le Premier ministre participera en début de matinée à une réunion sur la création de la métropole de Rennes, qui doit être effective le 1er janvier. Il assistera ensuite au lancement du tunnelier sur le chantier du métro de la capitale régionale.

Le déplacement de Manuel Valls répond à une promesse de Jean-Marc Ayrault, qui s’était engagé à revenir dans la région, un an après la signature du Pacte d’avenir.

Mais au-delà, cette visite dans une région importante pour la gauche intervient à l’approche des élections départementales, en mars, qui s’annoncent très difficiles pour l’exécutif et les socialistes.

Dans cette même perspective, Manuel Valls s’est rendu lundi dernier à Dijon, ville dont le ministre du Travail, François Rebsamen, était maire depuis 2001, jusqu’à son entrée au gouvernement.

pg/map/mat/nm

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous