Les sortants de ZEP seront toujours aidés (Vallaud-Belkacem)

logo AFP

Najat Vallaud-Belkacem a voulu rassurer mercredi les enseignants et parents de la « petite quinzaine » d’établissements mobilisés contre la sortie de l’éducation prioritaire, car ils continueront à recevoir des moyens adaptés à leur difficulté sociale.

« Je ne crois pas que vous ayez entendu parler de 200 établissements qui seraient mobilisés (contre la sortie de l’éducation prioritaire), c’est la preuve que pour beaucoup d’entre eux, c’est une évidence », a dit la ministre de l’Éducation nationale lors d’une conférence de presse.

En fait, « il y en a une petite quinzaine d’établissements qui se mobilisent considérant qu’ils ne sont pas très loin des critères de l’éducation prioritaire et qu’il aurait fallu les retenir aussi », mais ceux-là « nous ne les laisseront pas tomber », a-t-elle ajouté.

Au contraire, « nous leur prêterons une attention renouvelée parce que nous voulons qu’ils continuent à aller mieux », grâce à un nombre d’élèves par classe limité ou à l’indemnité qui continuera à être versée aux enseignants pendant trois ans, a rappelé la ministre. Ce sera une « sortie en sifflet ».

Et surtout, a insisté Mme Vallaud-Belkacem, à partir de la rentrée 2015, « il n’y aura plus l’effet de seuil que connaissaient les établissements entre être en éducation prioritaire et ne pas y être ». « Même pour les établissements qui ne sont pas éducation prioritaire, nous donnerons les moyens adaptés à leur difficulté sociale ».

Mme Vallaud-Belkacem a présenté la réforme de l’éducation prioritaire pour lutter contre les inégalités sociales, et celle de « l’allocation des moyens » (autrement dit des professeurs aux établissements), qui va désormais tenir compte non plus seulement de la démographie, mais aussi du revenu des familles et des caractéristiques des territoires.

La ministre avait jusqu’à présent indiqué que le nombre de réseaux resterait stable à 1.082 mais, résultat de la mobilisation ou non, leur nombre a augmenté à 1.089.

La principale fédération de l’Education FSU a appelé à manifester mercredi à Paris et en province. Un appel à la grève a aussi été lancé. Le ministère n’était pas en mesure à la mi-journée de donner le taux de participation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous