Ile-de-France: 2,3 mds EUR de contrat de plan régional à finaliser en avril

logo AFP

Le prochain contrat de plan État-Région (CPER) d’un montant de 2,3 milliards d’euros pour la période 2015-2020 en Ile-de-France devra être conclu en avril, a annoncé mercredi le préfet de la région Jean Daubigny devant les élus régionaux.

Ce CPER concerne les transports, l’enseignement supérieur et la recherche, la transition écologique et énergétique.

« L’État maintient son effort légitime puisque l’Ile-de-France représente près du tiers du PIB de la France. En donnant à l’IDF les moyens de son investissement, on sert un intérêt national », a souligné le préfet Daubigny.

« Avec plus de 2,3 milliards d’euros de crédits budgétaires à contractualiser, le CPER s’appuie sur des bases solides », a-t-il estimé. Le précédent contrat de plan 2007-2013 (étendu à 2014) portait sur 2,2 milliards.

Il a précisé qu’aux 2,3 milliards s’ajouteront une dotation de fonds européens augmentée de 25% à 905 millions d’euros.

Dans le détail, le volet « mobilités » sera abondé de 1,4 milliard pour le plan de mobilisation qui vise à améliorer le réseau de transports existant. 400 millions seront affectés en plus aux liaisons multimodales, c’est à dire faciliter pour les usagers l’utilisation fluide de plusieurs modes de transports.

Sur l’enseignement supérieur et la recherche, « nous pouvons être parmi les capitales mondiales de la connaissance, un atout pour notre pays et pour l’Europe », a souligné le préfet, expliquant l’effort consacré à ce volet.

A l’enveloppe de crédits de 306 millions d’euros du CPER viendront en effet s’ajouter 5 milliards d’ici 2020 via le Plan Campus et les investissements d’avenir. « L’Ile-de-France représente 40% du programme des investissements d’avenir », a souligné M. Daubigny.

Sur le volet territorial, les aides aux maires bâtisseurs de logements figureront dans le CPER. Sur les 100 millions annoncé par Manuel Valls à l’échelle nationale, une bonne partie devrait revenir à l’Ile-de-France où se concentrent les zones tendues.

Enfin, concernant la transition écologique et énergétique, « autre pilier majeur de la future contractualisation », M. Daubigny a annoncé des « crédits au titre de l’Ademe ont été largement abondés et ils seront substantiellement augmenté par rapport au dernier contrat » sans citer de chiffres. Il s’agira notamment de « rénovation énergétique des bâtiments pour les entreprises et les foyers ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous